Magazine

280 pages de témoignages de femmes et hommes habitant dans un pays où la nourriture est omniprésente, honnie et adorée sous toutes ses formes : c'est ce qu'a rassemblé la photographe Katherine Longly dans un livre d'art dont elle ne fera que 61 exemplaires, elle-même, à la main... Une beauté pleine de poésie et d'informations à feuilleter ci-dessus.


Quand Katherine Longly était petite, elle était boulotte. Rien de bien terrible mais ce corps rond l'a marquée durablement. L'acte de manger, le rapport au corps sont devenus presque malgré elle un fil rouge de ses sujets de reportages photographiques auxquels elle donne une dimension sociologique.

C'est ainsi qu'elle nous avait emmenés visiter la Belgique des plus gros mangeurs (tartes aux cerises, patés, burgers, ...) et que l'on avait pu voir à quel point la nourriture était là une source de plaisir et d'angoisse mélangés; un moyen de se connecter aux autres et surtout une partie essentielle de l'"être" de chacun.

Lors d'une résidence artistique au Japon, la photographe a poussé la porte d'un autre monde où la nourriture est omniprésente, où le corps est contrôlé au centimètre près et où presque personne n'a un rapport simple aux aliments. "Notre rapport à la nourriture peut prendre différents visages. Il est intimement connecté à nos affects, et agit en subtil révélateur de notre histoire sociale et familiale. Mais où pose-t-il ses fondations?", s'est-elle demandé en regardant ces mille et un magasins de friandises, ces vendeurs de street-food, cette omniprésence de la junkfood qui répondent aux magazines pour ados où les dimensions et les poids censés être "parfaits" d'un avant-bras, d'une cuisse, d'un cou, d'un mollet sont affichés en grand...


Des témoignages poignants et uniques

© Katherine Longly

La petite fille en surpoids en elle s'est sentie étourdie entre les filles lianes et les autres dites marshmallows (rondes); entre le plaisir des yeux et la douleur intérieure de se priver sans cesse : quelle pression sur ces corps ! Elle est alors allée à la rencontre de personnes souffrant de pathologies ou non et les a interrogés sur le rapport qu'elles entretiennent avec la nourriture et avec leurs corps. Katherine a consigné leurs histoires, à sa manière poétique. On peut ainsi comprendre la manière dont Yuki a sombré dans l'anorexie, petit à petit, pour finir par ne plus pouvoir avaler que des liquides ; comment Ren est parvenue à se protéger du monde extérieur grâce aux bentos préparés par sa mère ; comment Kenichi a réagi lorsqu'il a été catégorisé «métabo» (c'est-à-dire avec un problème d'embonpoint, de désordre métabolique) suite à la mesure de son tour de taille par la municipalité ; comment Mina est parvenue à recréer une communication avec une mère disparue en cuisinant avec ses frères ; ou comment Rika a pu dissimuler sa boulimie à tout son entourage pendant plus de vingt ans.


Un livre comme une "pochette surprise" fait la main

© Katherine Longly

L'artiste a demandé à ces personnes de photographier ce qu'elles voulaient du moment que cela résonnait avec l'image d'elles-mêmes face à leur corps et aux aliments. Mais avec un appareil jetable "pour qu'il n'y ait aucun contrôle a posteriori de l'image !", explique-t-elle. Volontairement floue dans ce qu'elle en attendait, chacun a remis des images uniques.

Au fil des résidences, elle a aussi acquis une incroyable documentation sur la société japonaise, où la pression exercée sur les corps semble plus intense qu'ailleurs.

De tout cela, l'artiste a décidé de faire un livre d'art. Une merveille qu'elle fabrique à la main et qui compile les portraits poétiques de ses témoins, mis en mots et en photos. Dans des rabats, ses recherches mutitples au travers des pages de magazines, des articles sur le surpoids et le sous-poids, bref une foule d'informations qui éclairent ces témoignages terriblement humains et que l'on lit si l'on veut. Si l'on n'est pas trop pris par la beauté fragile de ce livre-témoignage, attirant comme un bonbon éternel... Que Katherine réalise en une semaine entière de travail.


En pratique

- «To tell my real intentions, I want to eat only haze like a hermit » - Katherine Longly Edition d'artiste réalisée entièrement à la main, 61 exemplaires numérotés et signés. 280 pages : 20 cm X13,92 cm X 2,5 cm - Textes en anglais 4 sortes de papier (Antique bouffant, Kinbishi, Shin-Imbe, Clairefontaine rose)

- Depuis ce 1er octobre, il est disponible en préachat sur les sites de Reminders Photography Stronghold et du Tipi Bookshop

- Une présentation de l'artiste a lieu au Tipi Bookshop de Saint-Gilles le mardi 30 octobre prochain

- Plus d'infos sur son site : www.katherine-longly.net

- La cover

© Katherine Longly