Magazine Agacée par le comportement de certains hommes dans le métro de Saint-Pétersbourg, une militante féministe a décidé de dénoncer le problème à sa façon.


Déjà interdite à Madrid depuis juin 2017, la pratique est cette fois visée par une activiste russe qui a diffusé une vidéo sur les réseaux sociaux.

Pour rappel, le manspreading est ce comportement de certains hommes à écarter leurs jambes, plus que de raison, s'étalant sur un espace plus grand que leur siège.

Dans une vidéo qu'elle a postée sur son compte YouTube le 25 septembre, et qui a déjà été visionnée plus d'un 1.300.000 fois, Anna Dovgalyuka veut en effet attirer l'attention sur cette propension qu'ont de nombreux hommes à écarter les jambes, parfois de manière trop ostensible.

Pour ce faire, elle déverse sur l'entrejambes des coupables, à ses yeux, un mélange d'eau et de javel.

L'objectif de déverser de la javel à cet endroit précis est "de les [hommes pratiquant le manspreading] marquer de telle sorte que n'importe qui peut comprendre la partie du corps qui les contrôle", explique la jeune femme dans sa vidéo. La javel laissant une trace indélébile sur les tissus avec lesquels elle entre en contact.

Incrédulité, énervement ou impassibilité : la réaction des hommes visés par cette action varie. En tout cas, pour la jeune femme, ceux "qui manifestent leur virilité dans le métro avec des femmes et des enfants, méritent le mépris" comme l'a traduit le Huffington Post.

Ce n'est pas le premier comportement qu'elle cherche à dénoncer. L'an dernier, elle visait l'upskirting (regarder sous la robe des femmes avec son téléphone portable) en montrant une jeune femme relever sa jupe de son plein gré en public.