Magazine Une humeur de Dorian de Meeûs

Ce jeudi 1er mai, le compte Twitter de Fadila Laanan aurait mieux fait de prendre congé. L’un des tweets de la ministre de la Culture et de l’Audiovisuel proposait un lien. Ses plus curieux followers ont cliqué dessus. Et le moins que l’on puisse écrire, c’est qu’ils n’ont pas été déçus, puisqu’il renvoyait vers un article disons « léger ». Très très léger même, puisqu’on y voyait une vidéo d’un reporter se faisant faire une fellation en fin d'interview par une demoiselle désirant accomplir "le marathon de la pipe". Ce renvoi vers du contenu réservé à un public adulte et – normalement – averti est une erreur, une bourde. Rien de bien grave, rien de bien méchant. Juste de quoi se moquer un peu de Fadila… cela n’aurait pas été une grande première.

Évidemment, le tweet a vite été supprimé. La surprise vient plutôt de la ministre elle-même qui, dans le tweet suivant, évoque l’erreur humaine dans le chef d’un collaborateur, car elle, elle avait une journée très chargée. Ben voyons, rien que ça. Réaction ‘minable’ à en juger par de nombreux twittos. Pour le moins inélégant pour quelqu’un qui doit normalement couvrir les actions des membres de son cabinet. Ceux qui justement travaillent dans l’ombre de la ministre et pour celle-ci…


Si un ministre n’a pas le temps d’alimenter lui-même ses réseaux sociaux - soit le support qui doit servir à rapprocher ces personnes des journalistes, sympathisants et citoyens - alors il n’a plus qu’à assumer pleinement la responsabilité de ses plus proches collaborateurs. Si ce n’est pas le cas, il faut fermer son compte Twitter…

Dommage que la réponse de la ministre Laanan n’ait pas permis à ce sujet "insolite" de nous faire sourire une deuxième fois. Ne pas piper mots sur les réseaux sociaux est parfois plus prudent Madame Laanan.