Magazine Ils excellent sur les terrains de toutes les couleurs... mais également à la banque.


"Les footeux sont trop payés." La phrase est assénée, péremptoire, à chaque mercato. Mais si les stars du ballon rond amassent en effet des sommes à faire pâlir le PIB de bon nombre de pays en voie de développement, les sportifs évoluant dans d'autres disciplines ne sont pas non plus à plaindre. Basket, tennis, formule 1, boxe, le magazine américain Forbes a fait le tri et classé les vingt athlètes les mieux rémunérés de la décennie. A noter qu'il n'y a qu'une seule femme dans le classement...

© Photonews / Reporters
20. Peyton MANNING | Football US

A trente-huit ans, le quaterback des Broncos de Denver a assuré sa descendance sur plusieurs générations. Si contrairement à son collègue Tom Brady, il n'a pas une top brésilienne à son bras, il a en tout cas près de 243 millions de dollars dans la poche. C'est déjà ça.

19. Lewis HAMILTON | Formule 1

Il aurait pu disposer d'un énorme capital sympathie, en raison de sa jeunesse, sa belle gueule et son talent. Las, le Britannique est aussi adulé que détesté, la faute à une assurance qui confine parfois (souvent ?) à l'arrogance. Mais le pilote Mercedes n'en a cure. Bien parti pour égaler les trois titres mondiaux d'Ayrton Senna, dont il a déjà égalé le nombre de victoires en Grand Prix, l'ex de Nicole Sherzinger a empoché 246 millions de dollars au cours de la décennie. Et Nico Rosberg, il peut en dire autant, hein ?

18. Maria SHARAPOVA | Tennis

La seule et unique femme du classement, avec 250 millions au compteur. Si elle n'est pas la meilleure joueuse de ces dix dernières années, elle peut tout de même se targuer de cinq victoires en tournois du Grand Chelem et d'une place de numéro un mondiale acquise de haute lutte. Au-delà de son joli minois, la Russe a su allier beauté et talent. Deux atouts qui l'ont aidée à promouvoir son image, ainsi que son sport ! Et contrairement à Anna Kournikova, une des plus grandes arnaques tennistiques du siècle dernier, elle a su se construire un palmarès, un vrai.

17. Rafael NADAL | Tennis

L'Espagnol est rentré dans le rang, la faute à un genou en miettes et un tennis toujours plus exigeant physiquement. Ce qui ne l'empêche pas de se mettre (littéralement) à nu pour le couturier Tommy Hilfiger. Forcément, ça rapporte. Plus qu'un deuxième tour à Wimbledon ou un troisième à l'US Open. Mais si ces derniers mois ont été douloureux pour le Taureau de Manacor, ce dernier vit des rentes accumulées entre 2005, année de son premier titre à Roland Garros, et 2015. Soit 253 millions. Quatorze titres en Grand Chelem, c'est rémunérateur...

16. Kimi RAIKKONEN | Formule 1

Parfois moqué pour son manque de répondant et motivation, le Finlandais n'en a pas moins solidement garni son baquet, avec 261 millions de dollars accumulés en dix ans. Le tout avec un petit tour du paddock, entre Sauber, McLaren, Lotus et Ferrari. Une barque bien menée, avec un titre de champion du monde (c'était en 2007, déjà) et un contrat avec les montres Tag Heuer notamment. Il a beau avoir nettement moins de classe que Leonardo DiCaprio, son regard bleu acier (vide, diront ses détracteurs) a séduit des marques comme Renault. Moins classe que la Scuderia...

© Photonews
15. Derek JETER | Baseball

Outre les 271 millions de dollars glanés en dix ans (pour près de vingt ans de carrière), l'ancien patron des Yankees de New York peut également se féliciter d'avoir un des palmarès les plus riches du sport US... et un des tableaux de chasse les plus remplis en termes de conquêtes féminines. Les comédiennes Jessica Biel, Jessica Alba et Scarlett Johansson, la top Adriana Lima, les starlettes Tyra Banks et Jordana Brewster (celle qui a ravi les cinéphiles en apparaissant dans la série "Fast & Furious"), toutes sont passées au bras du kid du New Jersey.

14. Valentino ROSSI | Moto GP

Des boucles brunes qui tombent sur un visage rieur d'éternel gamin, un écarteur de narines, un numéro, le quarante-six. Et des frasques par dizaines. Voila comment on pourrait décrire Valentino Rossi, celui qui a "sexyfié" la Moto GP aux yeux d'un public plus jeune. Il Dottore en a également profité pour garnir son compte en banque en palpant 275 millions de dollars en dix ans. Mais ce sont surtout ses blagues, son sourire et son naturel qu'on retiendra du petit gars d'Urbino. Et ce doigt d'honneur magistral à l'adresse de son rival Max Biaggi, coupable précédemment de lui avoir assené un coup de coude en plein duel.

13. Dale EARNHARDT JR | Nascar

Le pilote de Nascar tourne beaucoup en rond sur les circuits, mais ne perd pas le Nord pour autant quand il s'agit de compter ses sous. Ses 277 millions de dollars accumulés lors de la dernière décennie le prouvent. Très populaire aux States, il a su faire oublier sa légende de père (et sa moustache) pour se faire un prénom dans le milieu. Et même un personnage dans le film Cars. La classe, la vraie.

12. Fernando ALONSO | Formule 1

Bien qu'il piétine les espoirs placés en lui après son double titre de champion du monde en 2005 et 2006 pour le compte de Renault, l'Espagnol poursuit sa course aux gros billets en pole position. A défaut de réitérer ses perfs d'il y a dix ans, l'Asturien a blindé son contrat, récoltant la modique somme de trente-deux millions d'euros par an. Suffisant pour lui permettre de toucher 289 millions sur l'ensemble de la décade. Après ça, il ne faudra pas venir se plaindre que McLaren-Honda n'a plus les moyens de lui offrir mieux qu'un moteur de GP2...

11. Alex RODRIGUEZ | Baseball

Autre Yankee, autre légende. Alex Rodriguez a fait mieux que Jeter (voir plus haut), avec 291 millions de dollars. Et des rumeurs de relation avec la meilleure de toutes: Madonna. Pas de chance, le bonhomme gâche tout en se dopant aux hormones de croissance et se retrouve englué dans un scandale monstre aux Etats-Unis. Pas d'aveux en grande pompe chez Oprah comme Lance Armstrong, mais bien une suspension qui le prive de saison 2014. Qu'à cela ne tienne, A-Rod est suffisamment costaud financièrement parlant pour se passer de sa batte quelques mois.

© Photonews
10. Lionel MESSI | Football

L'Argentin peut compter sur un portefeuille inversement proportionnel à sa taille. C'est dire si le joueur a largement de quoi subvenir à sa smala, qui s'est encore agrandie il y a peu. Un ou deux enfants, peu importe pour la Pulga la plus friquée du monde, qui possède un capital de 350 millions de biftons, acquis entre 2005 et 2015. C'est-à-dire le laps de temps durant lequel l'attaquant a tout raflé sur son passage, d'un quadruplé en Ligue des Champions à sept titres de champions d'Espagne. Et dire qu'il n'a que vingt-huit ans...

9. Cristiano RONALDO | Football

Encore un domaine où les deux meilleurs ennemis de la planète foot se talonnent. Cette fois, c'est le Portugais qui devance la star du Barça. Si CR7 dispose d'un palmarès moins bien garni que son rival, il peut néanmoins se targuer d'avoir été placardé en format XXL sur les avenues du monde entier simplement vêtu d'un slip Armani. Un fait d'armes qui lui permet d'oublier le triplé réalisé par Barcelone la saison dernière, et qui pourrait conduire Messi à un cinquième Ballon d'Or, ou encore sa rupture avec la sculpturale Irina Shayk. Ronaldo pourra toujours se consoler avec les 407 millions gagnés ces dix dernières années.

8. Manny PACQUIAO | Boxe

Une success story à la sauce philippine. Alors que son archipel se débat pour quitter les tréfonds du classement des pays les plus pauvres de la planète, lui vit plus que confortablement de son noble art, avec 432 millions remportés en soixante-cinq combat pros. Ca fait beaucoup d'argent par rencontre... Surtout la dernière en date, perdue contre Floyd Mayweather. Si le Philippin de poche (1,66 mètre sous la toise, seulement) a perdu face à l'Américain, il n'en a pas pour autant loupé les cent millions promis, rien que pour monter sur le ring. Et pendant ce temps, à Manille...

7. David BECKHAM | Football

Becks est-il le retraité le plus riche du monde ? Possible. L'Anglais a raccroché les crampons il ya déjà deux ans, mais reste une véritable icône du football et de la mode, et ce aux quatre coins du globe. Star ultime du foot des années 90 et 2000, il reconnaît pourtant n'avoir jamais été un joueur de classe mondiale. Certes, mais son pied droit, sa petite tronche mi-bad boy gentillet, mi-Lord britton bien classieux l'ont catégorisé sex-symbol et ainsi propulsé en tête de gondole des plus grandes marques: Armani, Samsung, Burger King, H&M, Breitling, Pepsi et on en passe, tous ont accordé un pont d'or à l'ex-milieu de terrain en échange d'un spot pub ou d'un shooting. Résultat: 441 millions sur le compte en banque en une décennie. Et quand on sait qu'il a débuté sa carrière pro en 1992...

6. Roger FEDERER | Tennis

Classe, élégant, stylé, tout en équilibre. Voici comment on pourrait qualifier le tennis pratiqué par le Maestro de Bâle. Un jeu tout simplement exquis, qui a permis au Suisse de passer de gamin un peu gauche à l'homme accompli et père de famille que l'on connaît aujourd'hui. Et ça, les sponsors l'ont bien compris, à commencer par Rolex et Mercedes, qui ont largement participé à l'accumulation de billets verts sur le compte suisse du "plus grand joueur de tous les temps" (455 millions, tout de même). Mais lui au moins, on sait qu'il ne fraude pas le fisc.

© Photonews
5. Phil MICKELSON | Golf

Il a dû attendre longtemps, mais il a finalement atteint son rêve: gagner un tournoi majeur sur le circuit, à près de trente-cinq ans. Moins médiatisé que Tiger Woods, le natif de San Diego a pourtant gravi les marches à coups de birdies. Cinq victoires en Grand Chelem notamment, qui lui ont permis de gagner quelques 468 millions de dollars. Et sans tromper sa femme.

4. Lebron JAMES | Basket

Encore une finale perdue pour le grand Lebron. La quatrième dans sa carrière. Lebron, c'est une sorte de loser magnifique, considéré comme le basketteur le plus brillant au monde, mais incapable de ramener le titre NBA chez ses chers Cavaliers de Cleveland. Et pourtant, l'Américain croule sous les distinctions personnelles, saison après saison. Charismatique, l'homme plaît, surtout vu ses perfs sous le maillot national, avec lequel il a été sacré deux fois champion olympique. Le gamin d'Akron rejoint également l'Olympe des sportifs les mieux rémunérés du monde avec 472 millions de dollars engrangés.

3. Kobe BRYANT | Basket

Même poste, même facilité, Kobe est arrivé sur les parquets avec l'étiquette d'énième nouveau Michael Jordan. Sauf que voila, l'arrière des Lakers a répondu aux attentes, en devenant le troisième meilleur marqueur de l'histoire de la NBA. Abonné aux All-Star Game, qui réunit la crème du championnat, le bonhomme a également bâti un empire financier, grâce notamment à sa marque perso, "designée" en collaboration avec Nike. A plus de deux cents euros la paire de godasses vendues à travers le monde et un salaire mirobolant, le compte est bon: 475 millions de dollars pour KB.

2. Floyd MAYWEATHER JR | Boxe

Le sportif de tous le superlatifs. Invaincu sur le ring, Floyd a vite troqué son surnom de Pretty Boy pour celui de Money. Un rapide coup d’œil a son compte Instagram permet d'en comprendre la raison: liasses de billets, hordes de femmes plus ou moins (surtout moins) vêtues autour de lui, grosses bagnoles et costards taillés sur mesure, le boxeur profite allègrement des 660 millions empochés à coups d'uppercuts et de crochets. Dont 150 rien que pour le "Combat du siècle" disputé en mai dernier face à Manny Pacquiao. Pour le respect des femmes, on repassera, par contre...

1. Tiger WOODS | Golf

Il avait tout: un talent dingue club en mains, un sourire ravageur et des titres à la pelle. Mieux, Tiger Woods avait réussi à briser les codes d'un sport très select, habituellement réservé aux Blancs. Mais le Tigre avait un défaut, une faille: le sexe. En 2009, le scandale éclate. Non seulement on apprend dans la presse à scandales qu'il trompe sa femme, mais qu'il souffre en plus d'une véritable addiction. Son image vole en éclats, son couple et sa carrière aussi. Nettement sous le par depuis plusieurs saisons maintenant, Woods reste toutefois considéré comme le plus grand joueur de sa discipline. Et comme le sportif le mieux payé de tous les temps, avec 845 millions de dollars dans la besace, sur la période 2005-2015. Ca vaut bien un Hole in one...

Aurélie Herman