Magazine

L'adolescent flamand moyen de 14 ans fait référence en premier lieu à son pays en matière d'identité. Ensuite vient sa commune, et puis seulement la Flandre ou sa province. La seule exception, ce sont les jeunes Limbourgeois, qui s'identifient d'abord selon leur commune, puis comme Belge, Limbourgeois et Flamand. L'Europe arrive en dernier partout. Ce sont les résultats d'une étude de la KU Leuven réalisée sur 3.426 jeunes de troisième secondaire. Les jeunes sont donc visiblement attachés à leur commune, mais cela n'étonne pas le coordinateur de l'étude Marc Hooghe, selon ses propos mardi dans De Standaard et Het Nieuwsblad.

"Les identités locales sont plus vivaces en Flandre qu'aux Pays-Bas. Ce qui saute aux yeux, c'est le score élevé de la Belgique. Les événements récents ne semblent pas avoir eu beaucoup d'influence sur le sentiment d'identité des jeunes." L'enquête n'a tenu compte que de jeunes nés en Flandre.