Magazine Dans son livre, le chauffeur d’Harvey Weinstein révèle que le magnat ne se déplaçait pas à Cannes sans ses sex-toys.

Alors que son avocat tente de décrédibiliser toutes les accusations d’abus sexuels, Harvey Weinstein se retrouve une nouvelle fois pris dans la tourmente. En raison de la publication d’un livre, Le Démon de la Croisette, Harvey Weinstein côté coulisses, écrit par celui qui fut son chauffeur au Festival de Cannes pendant six éditions, de 2008 à 2013, Mickaël Chemloul.

Dans les bonnes feuilles publiées par L’Obs, il détaille les pratiques de celui qu’il qualifie "d’ogre sexuel". Et très vite, il comprend pourquoi tous ses collègues qualifiaient le producteur de "gros porc". Selon lui, à l’arrière de son véhicule, c’était un véritable défilé de call-girls, mannequins et actrices, "défoncées ou alcoolisées". Un jour, l’une d’elles s’enfuit en courant. Le producteur tente de la rattraper. Son chauffeur voit alors, pour la première fois, ce que contient la fameuse mallette qui ne le quitte jamais. "Elle est pleine de sex-toys et d’accessoires, de boîtes translucides compartimentées avec des pastilles et des comprimés", écrit Mickaël Chemloul. Qui, pourtant, n’a rien dit. Il ne savait pas "jusqu’où allait la violence" et "les filles elles-mêmes ne parlaient pas", avance-t-il comme explication.

Il a fallu qu’Harvey Weinstein le frappe pour qu’il démissionne et porte plainte. Mais elle est classée sans suite. Il sombre alors dans le burn out, et se met plus tard à écrire ce témoignage comme "un livre-thérapie". Qui vient de sortir en librairie et devrait s’imposer comme un best-seller de l’horreur.