Moustaches par-ci, moustaches par-là

M.Le Publié le - Mis à jour le

Vidéo
Magazine

Décorant les lèvres des hommes mais aussi les T-shirts, les tasses et les bijoux, les moustaches sont partout. Un documentaire belge, diffusé sur la RTBF, s'est même penché sur cet attribut pileux.

Moustache pastiche

L’histoire raconte que c’est un tatoueur américain qui, en 2003, a inventé la “fingerstache”, un tatouage d’unemoustache sur le doigt à poser entre la bouche et le nez. Rapidement, ce qui n’était au départ qu’une blague, se répandsur les réseaux sociaux, chacun se photographiant muni de cette “fausse” moustache. Et la mode s’est très vite appropriée le phénomène. Si bien que maintenant, on en voit partout : généralement noire, petite et fine, la moustache se décline sur une gamme d’accessoires et de vêtements, des mugs aux bijoux, en passant par les tututtes pour bébés… On peut ainsi décorer la reine d’Angleterre, de cet attribut pileux, grâce à des stickers par exemple. Une fantaisie pas si nouvelle puisque, en 1919, Marcel Duchamp s’était déjà amusé en en affublant la Joconde ! Les mouvements féministes s’en sont aussi emparés et arborent régulièrement des moustaches en plastique pour revendiquer des droits égaux aux hommes. Enfin, récemment, lors de la Fashion Week de Paris, des postiches moustachus décoraient les lèvres des mannequins du défilé Yohji Yamamoto.

Des garde-robes à la rue

La moustache est donc résolument tendance, les factices du moins. Mais bien qu’encore marginale par rapport à la barbe, elle s’invite aussi dans la rue, popularisée par Johnny Depp, Brad Pitt ou plus récemment George Clooney. Et, preuve de son degré de branchitude, les hipsters, trentenaires urbains adeptes du “ringard”, l’ont remise au goût du jour façon Clark Gable. Le mouvement Movember vient confirmer le phénomène. Pour sensibiliser les hommes au cancer de la prostate, il invite depuis 2003 chaque mois de novembre les hommes à se laisser pousser la moustache, entraînant une déferlante de moustachus dans plusieurs grandes villes du monde.


La bacchante, éminemment symbolique

Si la moustache s’invite dans le domaine de la mode, elle se situe également au cœur de symboliques et d’enjeux sociaux et politiques, comme, plus généralement, le poil. Le réalisateur Mathias Desmarres y a d'ailleurs consacré un documentaire*, animé par l’envie de voir ce qui se cache derrière les moustaches… “Les vraies, pas celles des branchés”, confie-t-il, celles que portaient ses grands-pères ou des icônes moustachues comme Dali, Frank Zappa ou Tom Selleck. “Dans l’inconscient collectif, elles sont un signe d’autorité et de pouvoir, un moyen de distinction sociale. Les gendarmes l’ont d’ailleurs portée pour affirmer leur pouvoir…”

Symbole de pouvoir, la moustache se fait attirante ou inquiétante. Si son potentiel sensuel n’est pas partagé par tout le monde, elle représente assurément la virilité. “Le poil établit un langage social suivant son apparence” , explique Joël Cornette dans le livre “Histoire du poil” (Ed. Belin, 2011). Ici, le retour de la moustache serait-il une revanche à la dictature du lisse, à la célébration des hommes glabres, en vigueur dans les années 2000 ? En tout cas, prescrite ou choisie, la moustache en dit visiblement beaucoup sur l’identité. “Porter une moustache est une manière de revendiquer une personnalité, de cacher une faille. Se la laisser pousser symbolise pour certains une mue” , explique le réalisateur. Accessoire de mode, bijou poilu ou symbole de pouvoir et de virilité, la moustache décore, raconte une histoire, transforme le corps, mais pas irréversiblement… Ceci expliquant probablement son succès.


M.Le

Facebook

Derniers articles

Ailleurs sur le web

Les + consultés de la semaine

cover-ci

Cover-PM