Magazine

Le coquelicot est souvent associé dans les pays du Commonwealth au souvenir des combattants morts au front et plus précisément à ceux tombés lors de la Première Guerre mondiale. Mais pourquoi ?


Tout d'abord, parce que le coquelicot pousse pratiquement partout, y compris dans les zones les plus affectées, et notamment en Flandre. "Les tranchées britanniques dans les champs au printemps 1915 étaient remplis de coquelicots", explique Francis Balace, professeur ordinaire honoraire d'Histoire à l'Université de Liège. "Cette fleur est devenue symbolique. La vie continue même dans la boue".

Deuxième raison: la couleur des habits traditionnels des soldats britanniques. "Ces vestes sont de la couleur du coquelicot", indique M.Balace.

Enfin, selon l'historien, cette fleur est devenue mythique grâce au poème "In Flanders field" ("Au champs d'honneur") écrit par John McCrae, un lieutenant-colonel canadien. Son oeuvre, qui débute par le vers "In Flanders fields the poppies blow", rend hommage à tous les soldats tués lors de ce conflit.


Après avoir lu ce poème, Moina Michael, une Américaine, prit un engagement personnel de toujours arborer un coquelicot rouge des Flandres. Aujourd'hui, les présentateurs à la télévision, les hommes politiques portent des coquelicots en papier qui sont mêmes vendus dans la rue au profit de l'association d'aide aux anciens combattants.

A noter que la France fait la même chose mais avec le bleuet.