Magazine

Voulant faire taire les stéréotypes, Business Insider montre que les scientifiques aussi peuvent être attirants. Le site a pour cela élaboré un classement des "50 scientifiques les plus sexy".

"Ils ne portent pas la typique blouse de laboratoire, leurs cheveux ne sont pas en désordre, et en plus ils ont un cerveau", peut-on lire dans le lancement de ce top hors du commun. Les heureux sélectionnés "sont des étoiles montantes dans leur domaine de recherche, en plus d'être sexy". Pas question ensuite de classer les 50 têtes pensantes, hommes et femmes, selon leurs qualifications et leur nombre de publications mais bien sur des critères physiques.

Dans ce classement qui compte une bonne moitié d'Américains, paléontologues et biologistes côtoient ainsi astrophysiciens et ingénieurs comme Bobak Ferdowsi, le grand gagnant. Âgé de 33 ans, ce dernier est ingénieur et directeur de vol pour la mission martienne Curiosity. Et ce n'est pas la première fois que le jeune scientifique de la Nasa se fait remarquer. Son look atypique a fait de lui une star du net durant l'été 2012 (voir vidéo ci-dessous).

Ses camarades du top 50 ne sont pas tous aussi connus. Parfois, leurs thèmes de recherche sont des plus obscurs pour le commun des mortels. Ce classement leur permettra donc peut-être de sortir de l'ombre.

Quoi qu'il en soit les réactions ne se sont pas faites attendre à la publication de l'article, relève Slate.fr. Ainsi, certains des heureux "scientifiques sexy" se sont félicités et ont pris la chose avec humour. C'est le cas par exemple de Heather Knight, arrivée 4ème du classement.

Interrogée par le site américain, la physicienne Lisa Randall a confié être "assez âgée pour être d'accord avec le principe de cette liste".

D'autres ce sont par contre indignés de voir apparaitre un tel classement qui pour eux est "ridicule" et "inintéressant".

Slate.fr imagine déjà un futur dans lequel "les mensurations et les passages en une de Vogue remplaceront les prix de la communauté scientifique et le nombre de citations dans des revues spécialisées..." Et vous, qu'en pensez-vous ?