Magazine Les accidents de vélo résultent souvent du comportement des autres usagers.

Les accidents de la route ne sont pas le fruit du hasard. Ils sont le résultat d’une série d’événements successifs qui, combinés, provoquent un accident et en déterminent la gravité.

Vias identifie cinq causes principales aux accidents de vélo, par ordre de fréquence.

Cela va de soi : les accidents de vélo ne sont pas seulement imputables au comportement dangereux du cycliste mais résultent également du comportement dangereux des autres usagers de la route.

1. Manœuvre prématurée.

C’est la cause la plus fréquente d’accidents de vélo. Dans ceux-ci, le cycliste est moins souvent en tort que le conducteur d’un autre véhicule impliqué dans l’accident. Il s’agira, par exemple, d’un automobiliste (ou d’un cycliste) qui tourne à gauche sans tenir compte du trafic venant en sens inverse.

2. Absence d’action.

Exemple : un cycliste qui ne s’arrête pas au passage pour piétons ou qui brûle un feu rouge.

3. Direction incorrecte.

Exemple : un usager tourne à droite au lieu de tourner à gauche ou ne suit pas la voie principale. Il induit alors les autres usagers en erreur. Cette erreur du cycliste est à l’œuvre dans 18 % des accidents les impliquant.

4. Manœuvre trop longue.

Ce sont des actions qui se prolongent dans le temps ou sur une longue distance.

"Un de mes collègues flamands s’est fait verbaliser il n’y a pas longtemps pour ce type de fait", précise Benoît Godart, de Vias. "Cela peut concerner un cycliste qui doit rouler sur la route à cause d’une voiture mal garée et qui attend avant de retourner sur la piste cyclable que la bordure le lui permette."

5. Omettre une manœuvre.

Exemple : tourner à gauche sans indiquer son intention, sachant qu’un autre conducteur suit le cycliste. En outre, les caractéristiques du vélo ont un impact sur sa sécurité. Le risque de déraper est plus important avec un vélo à pneus fins qu’avec un vélo à pneus larges. Près d’un tiers des accidents impliquant des vélos de course sont dus à des chaussées glissantes ou à des rigoles le long de la route, contre seulement 13 % pour les VTT et 16 % pour les vélos hybrides.