Mode et beauté

La Fashion Week de Milan s'est achevée ce lundi avec Giorgio Armani. Cinq choses à retenir de cette semaine alors que critiques, acheteurs et top modèles s'envolent pour Paris.


Des fleurs

On n'est peut-être qu'en février, mais la métropole lombarde, dont le ciel est pourtant réputé gris, était en pleine floraison: les podiums ont regorgé de fleurs, sur les robes, les jupes, les manteaux et les écharpes, de Gucci à Fendi en passant par Alberta Ferretti et Fausto Puglisi.


Les mannequins de Dolce&Gabbana avaient non seulement des roses sur leurs vêtements, mais aussi des pétales et des feuilles dans les cheveux, tandis que celles de Marras sont allées jusqu'à porter des plantes en pot en défilant.



Des soutien-gorges

Le soutien-gorge n'est plus une affaire privée, les sous-vêtements quittent la chambre et s'affichent dans la rue. La maison de luxe La Perla avait lancé le mouvement avec son défilé à New York, où les corsets frôlaient le prêt-à-porter. A Milan, Prada a proposé un soutien-gorge en crochet porté avec rien d'autre qu'un pantalon, Marni a présenté des soutien-gorges et des bikinis cousus au-dessus des robes et la maison Philosophy Di Lorenzo Serafini a sorti un redoutable hybride soutien-gorge/corset.



Des petites robes rouges

Elément incontournable de toute garde-robe qui se respecte, la petite robe noire cède du terrain face à une cousine plus osée: de séduisantes robes rouges seront le must de l'hiver prochain. Chez Fendi, Karl Lagerfeld en a présenté une transparente portée sur un string léopard, garantie pour faire monter la température. Les moins audacieuses pourront tenter celle avec un petit short en-dessous, ou alors une version extra-large de Max Mara, qui troque le côté sexy pour un supplément d'élégance.



Des animaux

Cette semaine, le cirque de la mode a parfois semblé se transformer en zoo de la mode. Quel que soit votre animal préféré, vous trouverez toujours un styliste qui en aura imprimé une image sur l'une de ses créations de la saison. Chez Gucci, Alessandro Michele a glissé des chauves-souris, des renards et des loups sur les vêtements, ainsi que des canes à tête de chat et des bagues-renards. Vionnet, qui défilait pour la première fois à Milan, a choisi des empreintes d'oiseaux sur des robes en soie, tandis que Dolce&Gabbana ont préféré les chats et les ours.

Les chiens ont aussi eu droit aux feux des projecteurs: un petit chien blanc a couru sur le podium à la fin du défilé de Marras, une mannequin de Dolce&Gabbana a défilé en portant un microscopique toutou, et une fashion victim canine portant lunettes de soleil et manteau pourpre devant l'entrée du défilé de Gucci a fait sensation sur les réseaux sociaux.



Des slogans

Dans la lignée des messages politiques lancés pendant la Fashion Week de New York, les stylistes de Milan ont aussi voulu faire entendre leur voix. Missoni a posé un bonnet rose à oreilles de chat, symbole des femmes contre le président américain Donald Trump, sur la tête de ses mannequins pour le défilé final.


Donatella Versace a frappé ses chapeaux, ses écharpes et le dos de ses chemises de mots comme "Unité", "Amour", "Loyauté", "Pouvoir", pour lutter contre toute tentative de revenir en arrière sur les avancées féministes.

Et Benedetta Barzini, féministe radicale de 73 ans, a été la vedette du défilé de Marras.