Mode et beauté

C'était le 16 novembre 2010, Kate Middleton enchantait le Royaume-Uni, charmante et élégante dans sa robe bleue, assortie évidemment au saphir de la bague familiale. Ce jour-là, le prince William et elle annonçaient officiellement leurs fiançailles. Une opportunité incroyable pour la marque de couture Issa, et pourtant...

"Nous avons bien vite su que Kate portait du Issa parce qu'à 16 heures, le téléphone s'est mis à sonner et cela n'a plus arrêté, c'était de la folie", se rappelle la créatrice Daniella Helayel dans les pages du You Magazine. Ce jour-là, elle se rendait comme d'habitude à son cours de yoga et n'imaginait pas ce qui allait suivre. Il n'a pas fallu 24 heures pour que toutes les boutiques soient prises d'assaut. Une robe épuisée en quelques minutes, une notoriété qui explose et des ventes qui augmentent de 45%. Pourtant, l'enseigne a sombré dans le gouffre financier. Pourquoi ? Issa n'était pas prête pour cet "effet kate". "Nos ventes ont explosé mais je n'avais pas l'argent pour financer la production à cette échelle. La banque a refusé de me donner le crédit nécessaire et, côté production, on me réclamait de payer les factures. J'avais besoin d'un investisseur", explique-t-elle.

Daniella Helayel s'est alors tournée vers Camille Al-Fayed, une amie, mais aussi la demi-soeur de Dodi, l'amant de Diana. Elle reprend alors 51% de l'entreprise. Mais les ennuis se poursuivent. Alors que les ventes commençaient à se stabiliser, un nouveau PDG est embauché et les choses se gâtent, pas d'entente possible. En 2013, la créatrice cède alors la totalité de son affaire qui sombre dans la faillite deux ans plus tard.

« Je suis partie parce que je nen pouvais plus. J’étais telle­ment stres­sée que mes cheveux blan­chis­saient et commençaient à tomber. À la fin, j’étais cassée en deux. J’avais créé une entre­prise floris­sante, que j’avais bâtie moi-même en une décen­nie. La voir s’éva­po­rer m’a brisé le cœur ». La page semble désormais tournée pour Daniella Helayel qui vient de lancer la nouvelle griffe Dhela.

© epa