Mode et beauté

L’industrie de la mode ne laisse rien au hasard et se repose sur l’expertise d’incontournables bureaux de styles.


Un beau jour, tout le monde autour de nous porte du rose. La couleur est partout, sur toutes les lèvres, dans tous les magazines et sur tous les présentoirs des boutiques. Mais d’où viennent ces modes plus ou moins éphémères qui marquent nos saisons ? Des agences spécialisées tirent (presque) toutes les ficelles.

Les bureaux de styles, ces prophètes de la mode

Une poignée de bureaux de styles font et défont les modes depuis les années 1960. Leurs correspondants – issus du stylisme, du business et du digital - postés aux quatre coins du monde produisent des « cahiers des tendances ». Ces ouvrages imposants s’arrachent pour quelques milliers d’euros et compilent les modes à venir avec 18 à 24 mois d’avance détaille Slate. Photos, échantillons et croquis en tous genres permettent aux designers et aux commerçants d’avoir une vue d’ensemble. « À travers un processus d’observations et de feelings, les spécialistes viennent à établir leurs prophéties quant aux couleurs et styles qui feront vraisemblablement fureur demain », souligne Josette Buisso, directrice de l’agence Alias Color.

« Anticiper des comportements de consommateurs et faire du lobbying pour que ça arrive »

Parmi les historiques, on retrouve par exemple NellyRodi, née en 1985. L’agence produit quelque 20 cahiers de 60 pages chaque année. Ceux-ci sont adressés aussi bien aux géants de la mode ou des cosmétiques qu’aux fabricants de meubles. Le nom de leurs  clients, aussi prestigieux soient-ils, est d’ailleurs souvent gardé secret pour ne pas décrédibiliser les marques. « Mon travail consiste à anticiper des comportements de consommateurs et, ensuite à faire du lobbying pour que ça arrive de toute façon », résume Vincent Grégoire, directeur du département Art de vivre au sein du célèbre bureau de styles parisien. Les tendances, tout sauf un hasard. Depuis 2017, ces cahiers sont même de plus en plus personnalisés. Numérisés, ils sont mis à jour en fonction de l’évolution des marchés, souligne L’Express.

© Mafia, Promostyl, NellyRodi... Les bureaux de styles existent depuis les années 1960. - Unsplashed

Prendre le pouls de la société

Les modes sont aussi taillées sur mesure. Au-delà de leur propre intuition, les bureaux de styles se fient à ce qu’ils appellent des « signaux faibles », précise encore Slate. Autrement dit, ils scrutent la société et saisissent l’air du temps. Le féminisme bat son plein ? Les femmes au crâne rasé peupleront les pubs des magazines et on parlera de coupe tendance. Les questions de genres animent les débats ? Le rose est réinterprété pour mieux s’adresser aux hommes et devient une couleur phare. Cette collecte d’informations permet d’intégrer les modes dans des dynamiques sociales. Les réseaux sociaux sont également des outils privilégiés pour les bureaux de styles. Sur Instagram ou sur Twitter, ils identifient les influenceurs les mieux adaptés pour porter le message (et le produit) d’une marque. « C’est dans l’approche chirurgicale des nouveaux codes que nous trouvons les réponses les plus justes », explique-t-on du côté de l’agence REC.

© Les comités de tendances se réunissent plusieurs fois par an pour organiser les modes en fonction des saisons. - Unsplashed

Les comités de tendances : suivez le guide

Deux fois par an, des stylistes et des experts de tous poils se réunissent pour digérer les cahiers des tendances. Ils identifient les thématiques les plus fortes, puis ils organisent les pièces et les couleurs dominantes en fonction des saisons avant qu’elles n’envahissent les marchés (et notre garde-robe). Les marques font bien évidemment le tri et apportent leur touche personnelle. Mais la ligne de conduite est tracée. Les défilés de la Fashion Week qui présentent les collections sont souvent la première vitrine de ces tendances. Tout comme les professionnels de la mode venus y assister. Immortalisés par les rois du streetstyle - comme The Sartoralist - dans les rues de Milan, New York ou encore Paris, ils incarnent l’exemple à suivre. Et s’ils portent du jaune, vous pouvez être sûr que vous en porterez dans un an. Ou deux.

© Les stylistes, blogueurs et créateurs qui assistent à la Fashion Week permettent d'identifer les tendances à venir. - Unsplashed