Mode et beauté

Bonheur, désencombrement et anti-hype deviennent les trois pilliers du minimalisme appliqué à la mode. Explications.


Et si, au lieu d'empiler les achats compulsifs au gré de nos envies, on se limitait à une garde-robe constituée d'une poignée de basiques ? Cette question, à rebours de nos habitudes actuelles de consommation, est soulevée par une nouvelle marque de prêt-à-porter américaine, Wardrobe NYC. Une philosophie qui prend de l'ampleur.

Minimalisme par 8

L'idée : plutôt que d'acheter à l'unité, on achète un lot de 8 pièces. Celles-ci, épurées, mais travaillées, devraient être la base de n'importe quel vestiaire. Du côté des femmes, on retrouve ainsi un manteau, un blazer; un pull, une blouse, une chemise, un legging, un t-shirt et une jupe. Tous les vêtements sont noirs à l'exception de la chemise qui est blanche. Minimalisme total. Le tout est vendu à un prix fixe : 3000 dollars. Pour les hommes, on troque legging et blouse pour un chino et un sweat à capuche. Noirs, évidemment.

© Wardrobe NYC

© Wardrobe NYC

"Consommer moins, consommer mieux"

Pensée comme une start-up de la mode et du luxe - comprenez par là qu'elle propose un concept innovant - la marque développe une approche "less is more" qui nous pousse à réfléchir. Et à nous remettre en question. Les deux créateurs - dont une ancienne directrice mode chez Vogue Australia - estiment qu'un retour aux sources est nécessaire. "Les valeurs émergentes de notre génération prônent une prise de conscience et une philosophie 'consommer moins, consommer mieux'", expliquent-ils à GQ US. Autre credo de le marque : combattre la hype qui nous pousse à acheter toujours plus. Les clés du bonheur ?

La méthode KonMari

Les maîtres actuels du minimalisme nous urgent de nous débarrasser de tout ce qui est surperflu. La Japonaise Marie Kondo, papesse de la méthode KonMari, en fait partie. Auteure du best seller Le pouvoir étonnant du rangement, Kondo nous conseille de ne "garder que les choses que l'on aime". Pour le savoir, vous répondrez à cette question : "est-ce que l’objet m’apporte de la joie ?" Elle s'applique aux vêtements, mais aussi à l'ensemble de notre mobilier et à notre vie en général. Le désencombrement de notre foyer et de notre esprit irait de pair.


Bonheur retrouvé

Aujourd'hui, on estime que le consommateur moyen possède environ 120 vêtements. Mais jusqu'à 80% d'entre eux finiraient dans un coin de notre armoire, à prendre la poussière. Pourtant, dans les années 1930, une femme américaine ne possédait que 36 pièces, explique Forbes. Une fois passée la satisfaction de l'achat, ce cumul de tissus en tous genres ne nous rend pas forcément heureux. Au contraire. Le Guardian relayait en 2017 l'histoire d'un Japonais de 35 ans devenu un homme nouveau grâce à la philosophie minimaliste. "En ayant moins de choses, j'ai commencé à me sentir plus heureux chaque jour. Je commence à peine à comprendre ce qu'est le bonheur", expliquait Fumio Sasaki qui n'a plus que 3 chemises et 4 pantalons chez lui.

Dépouillement est richesse, dit-on parfois.