Mode et beauté

Esprit seventies pour la maison Chloé, sacs cosmiques chez Manish Arora et robes métalliques revisitées chez Paco Rabanne : résumé de la troisième journée de la Fashion Week parisienne.

Un esprit seventies a soufflé jeudi lors du dernier défilé de Clare Waight Keller pour Chloé, qui avait placé sa collection automne-hiver sous le signe d'un "optimisme psychédélique", au troisième jour de la Fashion Week parisienne.

Les cols sont longs et arrondis, accompagnés de lavallières, la palette allie des tons pastels menthe, lilas, et des couleurs plus vives (rouge, moutarde) ou chaudes (tabac). Des robes courtes en dentelle côtoient des robes longues légères et transparentes à volants. Aux pieds, des escarpins vernis à boucles.

Pour se protéger des frimas, on s'enveloppe dans une canadienne ou un manteau aux airs de veste de bûcheron. Les pantalons sont larges, inspirés du vestiaire masculin ou sportif.

© REPORTERS

Le président de Chloé, Geoffroy de La Bourdonnaye, a rendu hommage au travail de la créatrice britannique, qui quitte fin mars la maison (propriété du groupe suisse Richemont) après six ans comme directrice artistique. Un poste où elle a succédé à trois autres Britanniques (dont Stella McCartney et Phoebe Philo) et à Karl Lagerfeld.

"Elle a rajeuni l'esprit de Gaby (Aghion, fondatrice de la marque) avec une attitude chic et cool, avec à la fois des grandes robes floues, légères, et un côté un peu tomboy, un mix féminin-masculin", a-t-il commenté auprès de l'AFP, soulignant aussi son apport dans la maroquinerie, secteur clé pour la marque connue pour ses "it bags".

"Après Karl, qui est resté 20 ans, Clare est la designer qui est restée le plus longtemps chez Chloé", a-t-il souligné, indiquant qu'il faudrait être "un peu patient" pour l'annonce du successeur. Selon la publication spécialisée Women's Wear Daily, ce pourrait être Natacha Ramsay-Levi, bras droit de Nicolas Ghesquière chez Louis Vuitton.

Manish Arora cosmique

© REPORTERS

Manish Arora a célébré ses 10 ans de défilés parisiens avec une collection baptisée "cosmic love" oscillant entre inspirations tribales et astronomiques, teintée des couleurs éblouissantes chères au créateur indien, dans une profusion d'imprimés.

Coiffées d'un turban, les mannequins ont les bras et le visage parsemés de perles et portent des colliers ras le cou tissés en matières plastiques. Elles portent à bout de bras des petits sacs sphériques, en forme de planètes. Les astres s'impriment aussi sur des jupes qui leur donnent des airs de diseuses de bonne aventure.

Dans ce foisonnement psychédélique, des zébrures hypnotiques côtoient des motifs d'inspiration aztèque ou des imprimés évoquant l'oeuvre de Sonia Delaunay, ainsi que des patchworks en laine bouillie.

Paco Rabanne, métal sportif

© REPORTERS

Chez Paco Rabanne, le directeur artistique Julien Dossena a revisité la robe métallique emblématique de la griffe, en la transformant en une sorte de cotte de mailles légère, qui se porte avec d'épaisses chaussures dorées ou argentées et des mitaines montant le long des bras.

Le métal devient fluide, sur des jupes longues et des tops asymétriques laissant voir le ventre, pour une allure sportive. Pour plus de douceur, la silhouette s'enveloppe dans des ensembles de laine aux couleurs sobres, qui jouent aussi les asymétries, avec des ouvertures dans le dos et des lanières qui pendent le long du corps.