Mode et beauté

Avec l'automne qui arrive, c'est le moment de booker son premier rendez-vous pour une épilation définitive. Pour enfin être tranquille aux prochaines grandes vacances. Le point sur tout ce qu'il faut savoir avec une spécialiste en la matière.


Les vacances étaient un pur bonheur sauf que vous avez bataillé contre vos poils alors que franchement, vous aviez autre chose à faire que de vous raser sous la douche pour avoir les jambes qui piquent dès le soir ou de vous épiler à coup de bandes de cire qui colle trop quand il fait chaud ?

C'est le moment c'est l'instant de passer à l'épilation définitive : un an, à raison d'une séance par mois ou tous les deux mois pour avoir la peau douce... pour toujours. Nous sommes allées voir Virginia Rodriguès, esthéticienne, elle s'est spécialisée dans l'épilation définitive en rejoignant un centre médical de l'avenue Louise à Bruxelles. Virginia utilise l'appareil sur elle et sur des dizaines de femmes qu'elle a pu recevoir sur sa table moelleuse. Et elles n'ont qu'un mot à la bouche : Merci ! « Elles me disent toutes que c'est la meilleure décision qu'elles aient prise pour elles ces derniers mois. Cela change la vie de ne plus se préoccuper de ses poils »

On lui a posé toutes les questions que l'on peut se poser sur le sujet. Et elle nous a répondu avec une grande franchise. Et pour avoir testé, on vous recommande cette pratique comme un acte libératoire qui nous fait gagner du temps et de l'argent au final.


On commence quand ?

Si vous venez de rentrer des vacances, attendez quelques semaines que votre bronzage se soit estompé. Votre peau doit être claire pour que le système fonctionne efficacement. Si vous êtes partie en juille,t vous pouvez déjà commencer ! Il faut simplement venir en ayant non pas épilé ses poils mais rasé : c'est le bulbe qui va être détecté et brûlé par le laser.µ


Comment ça marche ?

La séance dure 30 minutes à 1 heure. On commence par le laser qui a une seule longueur d'onde puis on passe à la lumière pulsée qui en a plusieurs. Ce sont des techniques complémentaires. Avant l'application du laser, j'utilise la cryothérapie pour refroidir instantanément la peau avant le passage du laser qui est très chaud. De cette façon, on ne sent presque rien à part une sensation rapide de chaleur.

10 à 20 % des poils vont tomber dans les jours qui suivent mais aussi déjà pendant la séance. Au bout de la troisième séance, vous verrez clairement un changement.


Le laser, c'est dangereux ?

Non, pas du tout, cela agit sur le poil seulement. Celui-ci absorbe la chaleur du laser et la transmet jusqu'au bulbe, qui meurt. J'utilise un laser médical à diode, le meilleur qui soit. Le tout est de ne pas brûler la peau. Je règle la puissance au minimum au début pour voir comme réagit la personne. Et peu à peu j'adapte pour gagner en efficacité sur chaque personne, à leur rythme car les sensibilités sont tellement différentes selon les gens et les moments aussi ! Le tout est d'avancer sans s'attarder sur une zone.


Et si on a trop mal ?

Pour les personnes très sensibles, il est possible d'utiliser une crème anesthésiante. Mais dans la grosse majorité des cas, c'est tout à fait supportable : je parlerai même d'inconfort plutôt que de douleur.


La lumière pulsée en plus, c'est nécessaire ?

Elle complète le travail du laser en agissant avec des ondes différentes, sur un spectre plus important. Le passage à la lumière pulsée dure bien moins longtemps que le laser mais c'est plus inconfortable car on le sent davantage : c'est comme une mini-joute électrique, différent de la sensation de chaleur du laser. Là aussi j'utilise la cryo pour tempérer l'effet pas très agréable.


Toutes les épilations définitives se valent-elles ?

Malheureusement non. Les techniques et les machines se valent plus ou moins mais c'est une opération humaine. Et le professionnel doit être toujours concentré et à l'écoute des réactions de la personne pour ne pas la brûler tout en passant suffisamment de fois pour ne pas multiplier les séances. Il faut avoir confiance avant tout dans le praticien : qu'il soit dermato n'est pas un gage d'efficacité et de sécurité et une épilation en institut n'est pas non plus vouée à l'échec. L'inverse est vrai aussi ! Ecoutez-vous... on sent tout de suite la personne qui veut faire du bon travail, non ?


Quelle est la fréquence ?

On y retourne tous les mois, pas avant. Pour laisser le temps au cycle pileux de se refaire. Si on vous dit de venir toutes les semaines ou tous les 15 jours, passez votre chemin : c'est comme si vous repassiez sur des poils déjà traités. Pour un bikini, il faut compter de 5 à 10 séances selon la personne. De même pour les demi-jambes et un peu moins pour les aisselles.

Entre-temps, vous pouvez épiler ou raser tout de suite après la séance mais laisser repousser jusqu'au prochain rendez-vous pour un maximum d'efficacité.

Ce qui est fait est définitif, vous pouvez donc revenir tous les 3 mois histoire d'économiser chaque mois... Cela prendra juste plus de temps mais le résultat au final sera le même.


Comment on s'y prépare ?

On arrive avec tous ses poils ! (Rires) C'est plus facile pour voir la zone à éradiquer et le genre du poil. L'appareil est réglé pour chaque personne selon son phototype et son poil (épais, dru, clair, foncé...)

Plus la peau est claire et le poil foncé et épais et plus cela fonctionne rapidement. Mais par contre, plus on a de poils et plus cela dure longtemps car il y a une plus grande surface de travail. Poils blonds ou roux, malheureusement, ça ne sera pas concluant.

La peau doit être nette même s'il peut y avoir des rougeurs dues à des poils incarnés. Par contre en cas de boutons enflammés, on ne peut pas traiter. La préparation est identique pour les hommes et les femmes. Les hommes aussi passent de plus en plus à l'épilation définitive d'ailleurs.


Pour quel résultat ?

C'est incroyable ! Je l'ai testé sur moi évidemment et ma famille... Finis les poils mais aussi finis les poils incarnés ! Vous avez la peau toute douce... tout le temps (mais pour ça, il faut exfolier et hydrater, n'oubliez pas!). Parfois quelques poils repoussent. Certaines clientes reviennent une fois par an pour enlever les quelques poils qui subsistent mais sans commune mesure avec ce qu'elles avaient avant.


Toutes les zones du corps peuvent être épilées ?

Le duvet ne disparaît jamais, et c'est plus difficile pour les poils fins que l'on peut avoir sur les bras ou le haut des jambes. Les aisselles, les demi-jambes et le bikini sont les zones clés de l'épilation définitive.


Quels sont les prix ?

Ils varient beaucoup d'un praticien à l'autre. Ici, on fonctionne par zone : c'est 70€ la séance pour le bikini et 120€ pour les demi-jambes. Mais Virginia épile aussi bien d'autres zones : les aisselles (60€) la lèvre supérieure (35€), le torse (120€), ...


On a testé


D'abord, cela ne fait pas très mal. C'est juste pas très agréable.

Cela a lieu au maximum 1 fois par mois, ce qui est facile à caler dans un agenda. Si on veut économiser entre deux séances, on peut : ce qui est fait est fait, on mettra juste plus longtemps à atteindre le résultat définitif.

Le résultat est dingue. C'est comme avec un GSM : on n'imagine plus sa vie sans !

Et au final, on gagne du temps et de l'argent : une épilation définitive du maillot coûte environ 70x 7 = 490€ soit 1 an et 8 mois d'épilation mensuelle du maillot en institut.

PS : les poils poussent jusqu'à la fin de notre vie...


Renseignements : www.polyclinique.net ; Virginia Rodriguès : 0487 256 479