Mode et beauté

A partir de ce mardi, les marques du chic et du luxe défilent dans la capitale de la mode, Paris. Mais Paris, récemment, c’était aussi (!) la ville de la COP21. Ce qui nous amène à nous demander comment la mode, marché planétaire et moteur de l’économie mondiale, se place vis-à-vis de l’avenir environnemental et social.

Le principe même de la mode, soit "son éternel retour" - et par conséquence la multiplicité de produits sur le marché - interroge la raréfaction des matières premières. Et parce qu’il est aussi question d’une mode qui doit toucher tout le monde à chaque saison, la question du coût de la mode crée une tension sur les travailleurs du textile, dans leurs conditions de travail et dans leur rémunération.

Gouvernée par une grande énergie, et une connaissance pléthorique sur la matière de la mode dite responsable, Hélène Sarfati-Leduc, conseillère en RSE (responsabilité sociétale des entreprises) éclaire la situation actuelle du marché du luxe (1). Les marques de mode haut de gamme modifient leur rapport au marché, et on ne parle pas ici de longueurs de jupe. La mode doit devenir "responsable", au risque de ne pas tenir la rampe.

Découvrez cet article en intégralité dans notre "Sélection LaLibre.be" (à partir de 4,83 euros par mois).