Mode et beauté

L'été, c'est la solution beauté par excellence pour nos pieds nus ou en sandales mais le recours au vernis semi-permanent ne doit pas devenir... permanent. On fait le point.


Le vernis semi-permanent a le mérite de pimper nos pieds l'été avec ses belles couleurs, son aspect brillant et sa solidité qui lui permet de ne pas s'écailler, même lorsque l'on marche dans le sable ou sur des galets. Tout bénéf côté esthétique donc mais pour les ongles qui portent ce vernis, la réalité est moins belle...

D'abord, depuis des années, les avis divergent sur les dangers de cancers de la peau associés à l'utilisation de lampes à UV pour sécher le vernis, opération qui a lieu à chaque étape de pose. La fondation contre le cancer de la peau aux Etats-Unis met en cause l'usage répété de ces ampoules UV tandis que des chercheurs estiment que "le risque de cancer dû à l'exposition de lampe à ongles demeure extrêmement faible". Un débat non tranché jusque là.

Des ongles qui étouffent

Mieux vaut, cela dit, prendre ses précautions pour la bonne santé de nos ongles. Car ceux-ci, cachés sous ces couches successives de vernis acrylique ne peuvent plus respirer et ne s'hydratent plus naturellement. C'est pourquoi les instituts d'esthétique recommandent d'enlever le vernis au maximum au bout de trois semaines. Une étape un peu fastidieuse puisqu'il faut retourner chez son esthéticienne pour y voir ses doigts de pied ceinturés par des papillotes remplies de coton et d'acétone pendant une petite vingtaine de minutes...

D'ailleurs, souvent, les utilisatrices de vernis semi-permanent préfèrent attendre que le vernis parte de lui-même peu à peu en faisant des retouches au vernis classique ou pire encore, le retirent comme un morceau de papier collant, ce qui abîme franchement la couche supérieure de l'ongle et ce, de manière durable.

Une fois enlevé, on s'aperçoit la plupart du temps que les ongles ont mauvaise mine : ils sont blanchis, striés ou même atteints d'une mycose dans certains cas. Ce qui nécessite un passage chez un dermatologue de préférence.

Des pauses dans les poses

Il est donc nécessaire de faire des pauses dans les poses (de vernis) pour réhydrater l'ongle, avec des massages à l'huile chaque soir par exemple et des masques pour pieds et ongles une fois par semaine, comme nous le confirme Carolina, esthéticienne à Bruxelles. "L'hydratation est essentielle, cela ne prend pas beaucoup de temps mais pourtant, peu de mes clientes s'occupent de leurs pieds : elles préfèrent recouvrir le problème de leurs ongles mous ou "moches" comme elles me le disent, avec du vernis, semi-permanent ou non", explique l'esthéticienne qui recommande pourtant d'interrompre la pose de vernis pendant au moins 10 jours. L'ongle pourra alors se reconstituer naturellement et on pourra aider à combattre son assèchement et sa sensibilité en l'hydratant chaque jour.

Et à l'automne, on peut faire des pauses plus longues.