People

Alors que Serge Gainsbourg aurait eu 90 ans le 2 avril prochain, Charlotte s'est confiée avec émotion à Vanity Fair.


C’est un morne jour de mars 1991 que "Gainsbarre", 62 ans, s’éteint. Un dernier souffle, une dernière volute de gitane. Sans filtre, sa fille Charlotte évoque dans Vanity Fair le vide qu’il a laissé et le mal qu’elle a eu à s’en remettre. Le 2 avril prochain, l’homme à la tête de chou aurait eu 90 ans.

"Une torture"

À l’époque, la fille du chanteur mythique et de Jane Birkin a 19 ans. Et elle vit son décès comme "une torture". "J'ai arrêté tout. Stoppé la moindre réminiscence. Comme j'étais très très meurtrie, c'était compliqué de gérer la voix de mon père, sa respiration, ses rires", confie l’actrice de 46 ans au magazine. Ils étaient très complices et ont même partagé un duo sur Lemon Incest en 1984. Chanson qui, une fois n'est pas coutume, avait fait scandale à sa sortie.


Impossible d’échapper à son souvenir

À Paris, les fans de l’auteur de La Javanaise se pressent au 5 bis de la rue de Verneuil. C’est là que le poète habitait. Là où "Gainsbarre", son côté Mister Hyde, devenait tout simplement Lucien Ginsburg. Les hommages sont nombreux. Partout où elle traîne son deuil, il est impossible pour Charlotte d’échapper au souvenir du père. "Pendant dix ans, je l’en­ten­dais non-stop dans les cafés, dans les taxis. Je connais­sais toutes les intros et je deman­dais au chauf­feur qu’il coupe la radio dès les premières mesures. J’étais paumée", souffle-t-elle.

© REPORTERS

En 1990, une année auparavant, Charlotte Gainsbourg fait heureusement une rencontre qui va l’aider à traverser ces épreuves : celle d’Yvan Attal. Elle n’a plus lâché le réalisateur et ils ont aujourd’hui trois enfants, Ben, Alice et Jo.