People

La chanteuse québécoise qui souffre de dysmorphophobie participe à un projet qui veut montrer la beauté des femmes au naturel. Et s'affiche sur les réseaux sociaux en lingerie au travers de jolies photos.


Dans le cadre du Womanhood Project, en faveur de la diversité des femmes "au naturel" ("Ce n’est pas facile de poster ceci, cela n’a pas été retouché"), Cœur de Pirate s’est affichée en sous-vêtements sur Instagram, avec cette légende : "Sur une plateforme remplie de filles en sous-vêtements, voici ma version de la photo de lingerie Instagram avec mon ventre mou et mes vergetures. J’ai fait grandir un humain là-dedans, c’était cool."

La jeune femme, maman d'une petite Romi, a parlé en octobre de son trouble mental concernant son corps. La dysmorphophobie est une angoisse liée à une déformation corporelle supposée ou imaginée. Cette angoisse peut se transformer en phobie. Ce trouble de l’image de soi rend l’artiste de 29 ans obsédée par une partie de son physique qu’elle considère comme un défaut. "J’en parle pas souvent mais mon BDD est bad des fois (body dysmorphic disorder) tellement que mes vêtements m’étouffent/ je sors pas de chez moi", expliquait-elle dans son message.

"On a beaucoup parlé de santé mentale ces temps-ci et je sais que je suis pas toute seule là dedans." Les réseaux sociaux avec leurs flots d'images de corps "parfaits" jouent un rôle indéniable dans son angoisse. "Donc, si vous êtes comme moi, c’est important de se déconnecter du média qui pose problème et de se ressourcer pour se préserver", termine-t-elle.

Participer à un projet comme le Womanhood Project peut être cathartique, pour elle comme pour ses fans... c'est ce que s'est dit Béatrice Martin.