People Alors que le "Me Too", une réaction au harcèlement sexuel, s'est transformé en "Nous toutes", manifestation contre les violences faites aux femmes. Mediapart explique avoir recueilli cinq nouveaux témoignages de femmes qui accusent le cinéaste, Luc Besson, de comportements sexuels inappropriés.

Si ces femmes dénoncent des faits d’une gravité différente, leurs récits décrivent des comportements déplacés, similaires et répétitifs. Le nombre de victimes est donc désormais de neuf.

L'une d'elle a raconté sa mésaventure à Mediapart. « Tout a commencé quand j’ai envoyé un texto à tous mes contacts pour dire “voilà je suis dans la mouise, si quelqu’un a du travail ou un appartement pour mes enfants et moi, je suis preneuse” », relate-t-elle à Mediapart. La première personne à lui répondre s’appelle Luc Besson. Elle a déjà rencontré le cinéaste. D’après son récit, ils conviennent de se voir à son retour à Paris, « pour parler boulot et de [sa] situation ».

Le thé qu'ils devaient boire ensemble est annulé au profit d'un dîner à l’hôtel. « Il me dit que je peux compter sur lui, qu’il allait être mon protecteur », se remémore-t-elle. « Cela faisait quinze jours que je n’avais plus rien, pas de maison, pas de boulot. J’étais hantée par l’idée de récupérer au plus vite mes enfants en bas âge, confiés à quelqu’un, le temps de tout reconstruire pour eux. J’étais au fond. Il le savait et il jouait là-dessus », estime-t-elle.

Aujourd’hui, la jeune femme en est convaincue, « c’est là que la manipulation a commencé. Je le comprendrai plus tard seulement, car j’étais très jeune à l’époque. Elle est là, la contrainte ». D’après son témoignage, Luc Besson aurait ensuite ajouté qu’il n’était « pas “quelqu’un de jaloux” », avant de lui lancer : « Tu me fais un petit bisou ? Viens t’asseoir sur mes genoux. »