People

Nouvelle étape dans la bataille autour de la succession de Johnny Hallyday: la justice se penche mardi à Paris sur la demande de gel d'une partie des royalties liées aux albums du chanteur dont le dernier, posthume, s'est écoulé à plus d'un million d'exemplaires.


En clair, Laura Smet et David Hallyday demandent la suspension du versement de 75% des revenus découlant des ventes de disques de leur père désormais versés à Laeticia. Pour rappel, les deux aînés avaient déjà obtenu dans une autre procédure le gel des droits d'auteur, c'est-à-dire les revenus tirés de la diffusion des titres du chanteur - et des propriétés françaises du musicien.

Cette nouvelle demande concerne notamment l'album posthume, "Mon pays c'est l'amour", qui s'est écoulé ces dernières semaines à plus d'un million d'exemplaires. Le 51e disque du rockeur a en effet établi le record du meilleur démarrage de l'histoire de la musique en France avec 780.177 exemplaires physiques vendus en une semaine... Un album qui a failli ne pas voir le jour cette année : une autre action en justice de Laura Smet et David Hallyday réclamait un droit de regard, finalement refusé en avril par la justice.

Dans cette histoire, trois maisons de disques - Warner, Universal et Sony - sont concernées par l'audience mardi matin devant le juge des référés (urgence) du Tribunal de grande instance (TGI) de Paris, à l'issue de laquelle la décision devrait être mise en délibéré.

Les aînés Hallyday contre le trust JPS

© Reporters / Abaca

Les aînés Hallyday contestent le testament de leur père, qui a légué toute sa fortune à sa dernière épouse, Laeticia, et leurs deux filles, Jade et Joy. Une fortune rassemblée dans un "trust" créé en Californie et baptisé "JPS Trust" (pour Jean-Philippe Smet); une structure juridique permettant de regrouper des actifs. Bank of America, qui est le gérant de cette structure, a officiellement demandé en juillet à un tribunal de Los Angeles le transfert dans son giron d'une partie du patrimoine américain du rockeur: royalties, motos Harley-Davidson et voitures de luxe.

C'est en réaction à cette demande que les aînés ont engagé, en septembre, la procédure pour bloquer des royalties, a indiqué une source proche du dossier, qui a précisé que le montant de 75% correspondait à la part devant revenir aux quatre enfants du chanteur si le droit français était appliqué - le conjoint se voyant octroyer 25%.

Mais rien ne sera fini concernant le fond, c'est-à-dire le contentieux sur l'héritage, suite à l'audience de ce mardi 27 novembre. Sur le fond, le tribunal de Nanterre doit d'abord déterminer s'il est bien compétent, les avocats de Laeticia estimant qu'il ne peut se prononcer sur la succession d'un résident américain. Une audience est prévue le 22 mars à ce sujet.