People Le père de Laeticia parle pour la première fois après la mort du rockeur. Il est fâché et s'est lâché auprès du magazine L'Express. Ce faisant, il se répand en fiel contre le mari de sa fille...


La disparition du géant de la musique française n'a pas été facile à faire entrer dans la réalité des Français. Mais gérer l'après s'avère une tache colossale et épouvantable. Chaque jour son lot de révélations sur les tourments vécus par Johnny à la fin de sa vie. Et suite au testament controversé du chanteur en faveur unique de Laeticia et de leurs deux petites filles, chacun semble devoir choisir un camp entre la veuve et les enfants aînés. Les langues se délient et c'est un torrent fielleux qui se répand dans les médias. On ne pouvait imaginer pire en fait.

Finalement, voici une histoire dont on ne connaît que des "pans". Ce que l'on sait certainement, c'est que Laeticia Hallyday n'est pas la veuve noire, la sorcière que certains conspuent et Laura Smet autant que David Hallyday ont leurs raisons. Et que, devant ce battage médiatique, les uns comme les autres agissent en silence et dans la dignité. Heureusement...

Alors pourquoi André Boudou met-il encore de l'huile sur le feu en se confiant, plein de colère auprès de L'Express ? Le père de Laeticia, fâché avec Johnny Hallyday depuis 5 ans, a pris la parole pour donner sa vérité.

Qui fait mal... Il entame d'emblée : "Vous voulez savoir quel rôle a joué le "clan Boudou", comme on nous appelle ? Nous avons fait du bien à Johnny. Quand Laeti­cia l'a rencon­tré, il n'était vrai­ment pas au mieux de sa forme. C'était un artiste dépres­sif, bourré de drogue, qui traî­nait 23 millions d'euros de dettes. Ma fille lui a fait du bien en lui donnant son amour (...) S'il ne nous avait pas rencon­trés, Johnny serait mort ruiné, il n'aurait pas eu la fin de carrière qu'il a connue, ni l'hommage natio­nal que la France lui a rendu. Et nous serions les Thénar­dier de la France ?"


Sans eux, "Johnny serait mort ruiné" ?

Quant au montage financier et l'apparition des noms de son fils Gregory et de sa mère Elyette dans les sociétés de Johnny, c'était pour lui faire plaisir, selon l'entrepreneur.

Johnny, cet homme H.S. que Laeticia a pu faire renaître d'après son père a également bénéficié de ses talents comptables. "Je lui ai fait du bien en le conseillant dans ses affaires, sans que cela me rapporte un centime". Amer, il conclut sur ce que tout cela lui a ramené : "Je n'ai pas fait perdre d'argent à Johnny. Au contraire. (…) On s'est payé le beau-père de la star ! Ma rela­tion avec lui ne m'a apporté que des emmerdes".

Ce faisant, il n'aide pas sa fille Laeticia. Elle qui doit porter son deuil et se défendre dans des démêlés judiciaires d'envergure. Elle ne se montre plus et ne serait plus que l'ombre d'elle-même...