People

Nouvelle répercussion de l'affaire Weinstein, la chaîne américaine NBC a brusquement licencié mercredi matin son journaliste-vedette Matt Lauer, très populaire aux Etats-Unis, accusé par une collègue de "comportement sexuel inapproprié".

Cette nouvelle intervient plus d'une semaine après le renvoi d'un autre présentateur vedette, Charlie Rose, écarté des chaînes CBS et PBS après la publication de témoignages de huit femmes accusant le célèbre intervieweur de les avoir harcelées sexuellement.

A la surprise générale, c'est la journaliste Savannah Guthrie, co-animatrice de l'émission "The Today Show" avec Matt Lauer, qui a annoncé mercredi son éviction en lisant à l'antenne un communiqué du président du conseil d'administration de NBC News Andy Lack.

Le communiqué expliquait qu'après "une plainte d'une collègue concernant un comportement sexuel inapproprié de Matt Lauer sur son lieu de travail", le contrat du journaliste de 59 ans avait été résilié.

"C'est une triste matinée ici à +Today+ et à NBC News", a-t-elle ajouté.

Matt Lauer, très célèbre aux Etats-Unis, présentait la matinale "The Today Show" depuis 1997. Le comportement qui lui a valu son licenciement représentait "une violation flagrante des règles de notre entreprise", a expliqué Andy Lack dans le communiqué lu à l'antenne.

Le président Donald Trump a réagi à son éviction lors d'un tweet matinal. "Wow, Matt Lauer vient juste d'être viré de NBC pour +comportement sexuel inapproprié sur son lieu de travail+. Mais quand est-ce que les hauts responsables de NBC & Comcast seront virés pour avoir publié toutes ces 'Fake news'. Regardez le passé d'Andy Lack!", a-t-il écrit.

Dans un second tweet énigmatique, supprimé et republié par la suite, il a réclamé le licenciement de Phil Griffin, dirigeant de MSNBC, et Joe Scarborough, présentateur de la chaîne qu'il avait déjà surnommé "Joe le psychopathe".

Depuis le début de son mandat, le président mène une bataille contre la plupart des grands médias dont la couverture ne lui est pas favorable et qu'il accuse de publier des "fausses informations" ("fake news").

Durant la campagne présidentielle, le candidat républicain avait dû lui-même se défendre de comportements déplacés à l'égard des femmes.

Un enregistrement de 2005 pour l'émission "Access Hollywood" pendant lequel le magnat de l'immobilier se vantait de pouvoir attraper les femmes par l'entrejambe grâce à sa célébrité avait été publié par la presse.

Le milliardaire, qui s'était excusé pour ses propos en octobre 2016, remet maintenant en cause l'authenticité de cette vidéo, selon le New York Times.

Plusieurs journalistes mis en cause

Matt Lauer avait en septembre 2016 interrogé les candidats à l'élection présidentielle, Donald Trump et Hillary Clinton, lors d'un "forum" à New York consacré à la sécurité nationale.

Le candidat Trump avait alors considéré que le journaliste était "très professionnel" et "fantastique".

Depuis les révélations sur le célèbre producteur de cinéma Harvey Weinstein, les affaires de comportements déplacés, d'agressions sexuelles, de harcèlement ou de viol se sont multipliées.

Elles ont notamment touché les milieux des médias, du sport et de la politique. La parole des victimes s'est libérée et les témoignages s'accumulent contre des hommes célèbres, accusés d'abuser de leur pouvoir auprès des femmes.

Plusieurs responsables politiques sont dans la tourmente, et la Chambre des représentants doit voter dans la journée des mesures pour prévenir le harcèlement au Congrès. Les élus et leurs collaborateurs devront en particulier se soumettre à des formations anti-harcèlement.

Dans le monde des médias, Michael Oreskes, rédacteur en chef de la prestigieuse radio publique américaine NPR, a démissionné au début du mois pour "comportement inapproprié" après la révélation d'informations du Washington Post. Il était accusé d'avoir embrassé brusquement deux jeunes femmes qui espéraient un emploi pendant qu'il était chef du bureau de Washington du New York Times pendant les années 90.

Un des correspondants du New York Times à la Maison Blanche, Glenn Thrush, a également été suspendu par la direction du quotidien la semaine dernière après que plusieurs femmes l'ont accusé de harcèlement sexuel.