People

Il y a deux ans, elle était inconnue ou presque, vivant dans le luxe, l'or et le confort feutré de son immense appartement à New York. Son mari revenait (plus ou moins) le soir, son petit garçon était scolarisé à Big Apple. Les enquêtes, les scandales, les témoignages, les playmates, les maîtresses, les frasques de Donald, bref la tornade de honte et de déballage public n'existait pas.

Il y a peu, la Première Dame a voulu mettre un peu de classe et de "normalité" présidentielle dans cette présidence cahotique entre erreurs poltiques et scandales sexuels en publiant une photo très comme il faut la montrant à la Maison Blanche, bien blanche d'ailleurs à cause de la neige qui a envahi Washington.

Elle a quitté son masque inexpressif qu'elle affiche sans cesse et s'est rapprochée de son mari pour une photo de famille "chaleureuse" dans le froid américain. Mais finalement... on dirait deux Playmobil placés devant un décor en plastique. Cela sent tellement le faux !

Parce qu'en fait, Melania Trump déteste ce que sa vie est devenue. Des indiscrétions recueillies par le magazine People, qui la disent "furieuse" de la "tornade" qu'elle subit "24 heures sur 24 et 7 jours sur 7" depuis que son époux est devenu président des Etats-Unis.

"Ce qui arrive est exactement ce qu'elle ne voulait pas qu'il se passe. Ils sont devenus comme la famille Kardashian: des scandales, des divorces, les gros titres de la presse." Sa vie d'avant lui manque. "Elle pouvait faire ce qu'elle voulait avant que son mari ne se lance dans la course à la présidence et elle passait la plupart de son temps avec sa famille. (...) Personne ne lui prêtait attention il y a deux ans. Maintenant, c'est une tornade sans fin. Elle déteste ça", explique la source. Et on peut la comprendre...