People

De passage à Lagos, au Nigeria, pour la "Arise Fashion Week", Naomi Campbell a rappelé au monde de la mode sa plus grosse lacune : le manque de diversité. La Britannique a déclaré qu' "il devrait y avoir un Vogue Afrique. Il y a un Vogue pour l’Arabie – la suite logique, c’est l’Afrique. Il faut que ce soit l’Afrique".

Après son défilé, le mannequin britannique s'est désolé que "le continent n’ait jamais eu l’opportunité de faire valoir sa contribution au monde de la mode, de voir ses tissus, ses produits et ses design acceptés au niveau mondial. Ce n’est pas normal".

Sur les réseaux sociaux, la proposition de créer un Vogue Afrique a soulevé quelques interrogations notamment sur la langue qui pourrait être utilisée par le magazine pour couvrir le continent africain ou l'impact que cela pourrait avoir sur les producteurs locaux.

Parmi les 45 créateurs de la "Arise Fashion Week" issus de 15 pays dont l’Afrique du Sud, le Botswana, la Tanzanie, le Kenya, le Ghana ou la Côte d’Ivoire, Naomi Campbell a défilé pour trois d’entre eux : Lanre Da Silva Ajayi et Tiffany Amber du Nigéria et KLûK CGDT d’Afrique du Sud.


En 2016, le secteur du luxe en Afrique a généré 5,9 milliards de dollars, soit environ 3 % du marché mondial. Un chiffre qui, dans les cinq années à venir, devrait progresser de 30 % indique le média JeuneAfrique.