People

En cette période de Saint Valentin, la tendance est bien entendu aux preuves d’amour.

Des plus farfelues aux plus osées, en passant par les moins banales jusqu’aux plus…dangereuses, nous avons demandé à quelques stars de nous révéler – en tout bien tout honneur cela va de soit – ce qu’elles ont été amenés à mettre en oeuvre pour faire craquer, vibrer, l’élu(e) de leur cœur. Cela peut toujours donner des idées…


CHARLIZE THERON. La plus badass

« J’aime bien faire de la moto. Mais sur de courtes distances. Par amour, j’ai accepté de traverser une bonne partie de l’Afrique du Sud sur le porte-bagage d’un biker pour qui j’en pinçais ! J’étais recouverte de poussière, je sentais la sueur, j’avais les fesses en compote, j’avais aussi d’énormes coups de soleil sur le visage et mes cheveux partaient tous les sens. Bref, on aurait dit un épouvantail passé au four ! Mais qu’importe. Si j’ai accepté de faire un tel périple, c’était par ce que je voulais prouver à ce gars que j’étais dingue de lui. Que j’étais prête à faire des sacrifices ! Ma peau en l’occurrence ! Qui partait littéralement en lambeau ! »

© REPORTERS

JENNIFER LOPEZ. La plus gonflée

«Je ne sais plus qui disait : « Quand on tombe amoureux, on a tendance à voir les roses sans épines ! ». Je me suis pas mal « piquée » les mains à ce petit jeu-là. Je reste néanmoins une irréductible romantique. La chose la plus dingue que j’ai pu faire par amour, c’est de téléphoner aux parents d’un gars dont j’étais folle pour leur demander de jeter un œil discret sur lui ! Je voulais m’assurer qu’il ne fréquenterait pas d’autre fille ! A l’autre bout de la ligne, sa mère m’a demandé si j’avais toute ma tête ? ». Je lui ai répondu : « La tête, je ne pense pas ! Mais le cœur, je peux vous assurer qu’il palpite à mort quand je vois votre fils ! ». Cette dernière m’a alors sèchement balancer : « Dans ce cas, je vous invite à consulter un cardiologue ! Je pense que vous êtes gravement malade ! ».

HUGH JACKMAN. La plus fritée

« Je devais participer à un bal costumé organisé par mon école et comme je déteste me déguiser j’avais informé ma petite amie de l’époque que je viendrai vêtu normalement la prendre chez elle. J’ai senti alors dans son regard beaucoup de tristesse. Pour ne pas la décevoir, j’ai fait un énorme travail sur moi-même. Je me suis donc déguisé en frite géante sans lui dire. Quand j’ai sonné à la porte de ma promise, c’est son père qui m’a ouvert ! Ce dernier m’a déclaré ; « Je crois que notre fille va être emballée par votre accoutrement ! ». Et pour cause, sans que nous nous soyons concertés, ma girlfriend avait choisi de se déguiser en pot de ketchup ! Une frite et du ketchup…on ne pouvait pas trouver plus belle association ! »

© REPORTERS

HUGH GRANT. La plus dangereuse

« Quand j’avais une vingtaine d’années, j’étais parti en France pour passer des vacances avec une copine qui n’arrêtait pas de me demander des preuves d’amour. Un jour, je lui ai dit : « Ecoute, tu vois le rocher-là ? Oui, celui-ci ! Le plus haut ! Eh bien pour te prouver que je t’aime, je fais le gravir et je vais plonger dans l’eau ! ». Il devait y avoir une bonne quinzaine de mètres de hauteur. C’était très impressionnant. Je pensais que cette fille allait me dire : « OK ! Je te crois ! Ne prends aucun risque, je t’aime ! ». Je me fourvoyais puisqu’elle me répondit « Chiche ! Plonge ! ». Je me suis donc déshabillé et j’ai plongé. La peur au ventre. Deux jours après mon exploit cette fille me larguait en m’expliquant que j’avais un tempérament… suicidaire ! Incroyable non ? »

PIERCE BROSNAN. La plus dévouée

« En 1991, j’ai perdu ma femme Cassandra (Ndlr : l’actrice australienne Cassandra Harris) rongée par un cancer des ovaires. Du jour au lendemain, je me suis retrouvé avec trois enfants à élever seul. Dans la maison, j’avais placé des tas de photos de Cassandra souriante, radieuse. A chaque fois que j’avais le moral en berne, je la regardais et je me disais qu’il ne fallait pas baisser les bras. Que par amour, il fallait que je me montre fort ! Inébranlable. La plus belle preuve d’amour que j’ai pu lui donner, c’est de ne jamais capituler en me laissant envahir par un chagrin dévastateur ! »

© REPORTERS

COLIN FARREL. La plus responsable

« Pour mon fils, pour celle que j’aime, pour ma famille, pour toutes les personnes qui compte, j’ai décidé de mettre un terme à des années d’autodestruction ! Pour bien aimer quelqu’un, il faut déjà s’aimer ! Ce qui n’était pas le cas auparavant ! »