People

Afin de mieux comprendre la gestion de l'héritage qui oppose la famille Hallyday, Le Parisien est allé à la rencontre de Claude François Jr.


En 1978, soit presque 40 ans avant la mort de Johnny Hallyday, un autre géant de la musique française nous quittait : Claude François. Alors âgé de 9 neuf ans, son fils Claude Jr a été désigné héritier avec son frère Marc. Tous deux mineurs, leur mère a elle été désignée tuteur. Alors que l’héritage de Johnny est en train de déchirer la famille Hallyday, celui de Claude François a été plus Lundi au soleil que Noir c’est Noir.

Dettes et vente du moulin de Dannemois

« D’abord, la question de refuser la succession s’est posée. Mon père avait laissé près de 10 millions de francs de dettes, ce qui était une somme énorme en 1978. Il faut savoir que des vedettes de la chanson comme mon père ou Johnny avaient un train de vie de star américaine connue dans le monde entier alors qu’ils n’ont du succès que dans leur pays », explique Claude François Jr au Parisien. Pour y remédier, la famille a fait un choix radical. « C’est ainsi qu’a été décidé rapidement de vendre le moulin de Dannemois, la résidence de mon père où il y avait un jardin, une piscine, 100 m2 à chauffer, deux gardiens, des frais d’entretien abyssaux », explique-t-il. De quoi éponger les dettes.

Claude François Jr "touché" par la lettre de Laura Smet

S’il ne la connaît pas personnellement, Claude François Jr se dit « touché » par la lettre que Laura Smet a adressée à son père défunt. Il juge la situation de Laura et de David comme étant « assez incompréhensible ». « Je trouve que l’usage du droit moral doit être confié à des gens qui ont connu l’artiste pour qu’ils soient à même de s’inscrire dans son ADN et sa démarche. David a travaillé avec son père. Laeticia aussi, certes. Mais, pour moi, les Hallyday c’est un peu l’histoire du ‘Roi Lion’ : Johnny, le patriarche sur son rocher et David, le petit Simba héritier. Mais ce n’est sans doute qu’une image », confie l'homme qui gère aujourd'hui le patrimoine musical de son père avec brio.