Psycho et bien-être Ericka Hart est une New-Yorkaise de 30 ans. En 2014, on l'opère d'une double mastectomie. Plusieurs années après et des dizaines de milliers de followers, elle continue de poser les seins nus pour montrer la réalité du cancer.

Il y a trois ans, la jeune femme ressent des douleurs dans la poitrine suite à une autopalpation. La mauvaise nouvelle tombe quatre mois avant son mariage : Ericka Hart souffre d'un cancer du sein généralisé à la poitrine. Un mal qu'elle connaît bien puisqu'il a emporté sa mère plusieurs années auparavant. Elle subit dès lors une double mastectomie. Sa poitrine ne sera plus jamais la même. Deux cicatrices remplacent ses tétons. S'ensuivent des mois de convalescence, une chirurgie réparatrice et une dépression. Mais elle se relève et décide de donner un sens à son épreuve douloureuse : montrer les conséquences du cancer aux autres femmes, en particulier aux noires et aux lesbiennes.

En effet, une chose la perturbe : Ericka trouve que les campagnes de prévention ne ciblent que la population blanche. "Quand vous cherchez sur Google des images de mastectomie, ce ne sont que des femmes blanches qui ressortent. Pourtant, il a un impact sur différentes populations. Il affecte la communauté lesbienne à un taux effrayant", a-t-elle expliqué dans une interview au magazine Clutch.

Sa première action : aller la poitrinée dénudée à un festival Afropunk aux Etats-Unis. Malgré ses craintes, elle se lance. Une bonne surprise l'attend : les gens ne détournent pas le regard mais la comprennent, la questionnent, l'admirent. Pari réussi pour celle qui voulait montrer la réalité de la maladie et de la rémission au monde entier. "Quand les gens ont vu ma poitrine, beaucoup étaient sans voix ou m'ont demandé ce qu'il m'était arrivé. Ce qui prouve qu'on n'en parle pas assez, il n'y a pas assez d'exemples pour montrer à quoi ça ressemble."

Pas moins de 80.000 personnes suivent sa page Instagram, alimentée par des photos très esthétiques regorgeant de sensualité. Selon elle, être différente ne signifie pas perdre sa féminité. Une nouvelle victoire contre le cancer du sein en quelque sorte...