Psycho et bien-être

Qu’on se le dise une fois pour toutes, la meilleure protection possible est la fuite ! Avec les manipulateurs, pas de demi-mesure, pas d’à-peu-près, pas d’adaptation. La chronique de Julie Arcoulin, l'auteur du livre "Survivre aux parents toxiques" aux éditions Idéo et spécialiste en développement personnel et relationnel.


Si vous pensez qu’il est possible de vous adapter pour arriver à maintenir une relation (et quelle relation ?), dites-vous bien que ce sera au prix de tout ce qui fait de vous celle/celui que vous êtes. Les manipulateurs ne font pas de cadeaux, ils détruisent, je vous le dis sans équivoque.

Vouloir leur résister à long terme équivaut à signer son propre arrêt de mort. Que ce soit dans la sphère amoureuse, familiale ou professionnelle, la recommandation des spécialistes en la matière est unanime : FUYEZ.

Mais avant de prendre la fuite une fois pour toutes, voici quelques recommandations pour continuer à respirer.

Comme d’habitude, n’oubliez pas que la manipulation perverse n’est pas l’exclusivité des hommes. Mais le masculin l’emportant sur le féminin en français, je me dois de suivre la règle.


La prise de conscience

C’est la première étape. Sans ça, impossible de passer à la suite. Et si vous avez dans votre entourage quelqu’un qui est sous l’emprise d’un manipulateur, n’essayez pas de faire rentrer un rond dans un carré en essayant de lui ouvrir les yeux. Ca ne marchera pas. Vous pouvez tout au plus semer la graine et attendre qu’elle pousse par elle-même.

Si vous êtes vous-même sous emprise, ne vous flagellez pas avec des « Comment j’ai pu être aveugle à ce point ? » ou « J’ai mis tellement d’années à ouvrir les yeux. » Cela ne sert à rien et ce n’est pas le moment. Le temps des « pourquoi » sera nécessaire pour ne plus reproduire le schéma, mais ce sera une fois que vous aurez sauvé votre peau.

Dites-vous aussi que vous en avez pris conscience au moment où vous étiez prêt(e) à combattre. Avant, vous n’auriez pas voulu entendre. Maintenant vous savez. Donc vous êtes prête à en sortir. Même si cela vous semble impossible.


Comprendre les pièges (et ne plus tomber dedans)

Avec ce genre de personnes, tout n’est que calcul, chantage, culpabilisation, jeux émotionnels, victimisation. Elles ressentent une vraie jouissance face à la souffrance et à l’anéantissement de l’autre.

Si vous tentez de vous justifier, d’argumenter, de faire entendre raison à un manipulateur (ou une manipulatrice) c’est que vous tombez encore dans les pièges qu’il/elle vous tend et que vous pensez qu’il/elle peut changer.

L’une des règles d’or face à ce type de personnes est : ne pas se justifier, ne pas argumenter, ne pas essayer de faire entendre raison. C’est peine perdue. Dépensez votre énergie à autre chose, ce sera meilleur pour vous et pour le monde.

Qui dit « argumentation » dit possibilité de démonter l’argumentaire. La justification est le signe que vous êtes mal à l’aise et qu’il y a donc une brèche dans laquelle s’engouffrer. Quant à essayer de faire entendre raison à un manipulateur… Je ne trouve pas de métaphore assez absurde pour vous faire comprendre que c’est impossible. Et si, par hasard, il/elle lâche du lest sur quelque chose, ne soyez pas dupe ! C’est pour mieux vous manger par la suite, comme dans Le Petit Chaperon Rouge.


Ne montrez rien

Encore une règle d’or. Pour rester dans la littérature française, retenez que « tout flatteur, vit au dépend de celui qui l’écoute » La Fontaine l’avait bien compris. Tout comme le renard flatteur, le manipulateur a besoin de sa victime pour se nourrir. C’est à vous à ne pas lâcher votre morceau de fromage ! Sinon, il s’en emparera.

Tout ce que vous direz, tout ce que vous ressentirez sera utilisé contre vous ! La moindre de vos petites émotions vous sera renvoyée comme un boomerang et utilisée pour mieux vous anéantir et refermer le piège. Ne soyez pas le fournisseur de carburant de votre manipulateur. Soyez le plus lisse possible, en placardant intérieurement un panneau sur lequel il serait écrit « La boutique est fermée ! ». Faites-en un mantra, ça vous aidera.

Ne dites rien de vos plans de rupture, déménagement, changement de job ou autre. Mettez de côté votre besoin d’honnêteté et de transparence. Cela ne vous sert pas.


Utilisez votre esprit critique

En consultation, en atelier ou en conférence, je suis souvent confrontée à des personnes qui ne savent plus raisonner objectivement et factuellement. Le manipulateur auquel elles ont fait face a brouillé les pistes, s’est acharné à rendre floue toute pensée logique, a installé un tel climat de peur que plus aucune parcelle de raison et de sang froid ne résiste.

Il faut impérativement garder votre esprit critique face aux menaces. Non, la police ne va pas débarquer parce que vos enfants refusent de répondre au téléphone. Ni parce que vous décidez d’emmener vos affaires ailleurs. Ressaisissez-vous.

Aussi, lorsque vous avez peur, posez-vous la question suivante : « Sur 100 menaces, combien en a-t-il mis à exécution ? » Dans 90% des cas où je pose cette question, la réponse est vite trouvée : des yeux ronds et un soulagement. Ne sous-estimez pas les manipulateurs, mais ne les surestimez pas non plus.


Contre-manipuler

Je suis toujours mitigée lorsqu’on me demande de donner des outils de contre-manipulation. Pour moi, cela équivaut à mettre un sparadrap sur une fracture ouverte. Ce n'est efficace qu'à très court terme. Cependant, cela peut s’avérer utile. Il s’agit de préparer des réponses toutes faites, ou de jouer à la technique du disque rayé. « C’est ton avis », « Non, je ne viendrai pas à ce dîner », « C’est toi qui pense ça »,… Ce genre de phrases vous évitera de tomber dans les pièges tendus par les manipulateurs et manipulatrices, mais n’auront que le mérite de vous faire reprendre un peu votre souffle. Ne comptez pas là-dessus pour pouvoir maintenir la relation.


Travailler sur soi

Oui, c’est indispensable. Mais il faut bien comprendre qu’à chaque étape de la sortie d’emprise, l’accompagnement est différent. La priorité est de gérer la crise. Pour ça aussi il faut vous faire aider. Par vos proches, ceux qui vous soutiennent et par un(e) spécialiste qui vous fera gagner du temps parce qu’il est bien au courant des pièges, schémas et erreurs à ne pas commettre. Il vous faudra apprendre à mettre vos limites et à augmenter votre estime de vous pour ne plus jamais laisser quelqu’un vous traiter de cette façon. 

Comprendre, aussi, pourquoi vous avez atterri dans ce schéma pour ne plus le reproduire. Mais une chose à la fois. D’abord... votre survie.

À la semaine prochaine.

Suivez-moi sur FacebookConférences et ateliers sur le sujet