Psycho et bien-être

Régulièrement pratiquées, ces disciplines peuvent "inverser" les réactions néfastes de l'ADN qui causent le stress...

Les bienfaits du yoga, de la méditation et du Taï-chi ne sont plus à démontrer. Ces pratiques sportives relaxent le corps, assouplissent, mais selon une nouvelle étude, elles vont encore plus loin. Elles agiraient directement sur l'ADN et inverseraient certaines réactions néfastes pour notre organisme, comme le stress et la dépression. Ce changement moléculaire a été constaté par les chercheurs des universités de Coventry (Royaume-Uni) et de Radboud (Pays-Bas). En gros, elles permettraient de remettre les compteurs à zéro et d'éviter certaines maladies.

Le yoga peut changer notre code génétique

Lorsqu'une personne est exposée au stress, son système nerveux sympathique prépare le corps à y réagir. Il produit donc davantage de NF-kB, une molécule qui augmente la production de cytokines, protéines à la base de l'inflammation des cellules. Une réaction très utile pour l'organisme à court terme, mais sur le long terme, elle peut accélérer le vieillissement, favoriser l'apparition de cancers et de maladies psychiatriques. Chez les personnes qui pratiquent le yoga, la méditation ou encore le Taï-chi, l'expression de ces gènes est diminuée. La tendance est par conséquent inversée et les risques de contracter ces maladies sont amincis.

"Des millions de personnes à travers le monde jouissent déjà des bienfaits sur la santé des approches corps-esprit comme le yoga et la méditation", a expliqué Ivana Buric, principale auteure de l'étude, à la revue américaine « Frontiers in Immunology ». "Mais ce qu'ils ne réalisent peut-être pas, c'est que ces bénéfices commencent au niveau moléculaire et peuvent changer la façon dont notre code génétique fonctionne [...] Pour faire simple, ces approches poussent le cerveau à diriger nos processus génétiques vers une voie qui améliore notre bien-être", poursuit-elle. Une découverte qui permettra d'autres recherches plus approfondies. "Nous devons réaliser davantage de recherches pour comprendre ces effets plus en profondeur, par exemple, en comparant les approches corps-esprit à d'autres pratiques comme le sport ou la nutrition. Mais il s'agit d'une base importante sur laquelle se fonder pour explorer les bénéfices de ces activités de plus en plus populaires ».