Psycho et bien-être

D'après une étude* commandée par Philips à l’occasion du World Sleep Day qui a été déclarée aujourd'hui le 16 mars, 82% des Belges dorment moins que les 7 heures 30 recommandées par nuit. Et 23% se sentent toujours fatigués au saut du lit.

En principe, l’être humain devrait passer environ un tiers de son existence à dormir, cela fait partie des ingrédients essentiels à une vie saine. Mais cela ne semble pas être le cas pour les Belges au vu de ces chiiffres! L'étude révèle encore que 55% se réveillent la nuit au moins une fois par semaine et 18% toutes les nuits.

Or, le déficit de sommeil peut avoir des conséquences graves sur les organismes. Des études médicales ont déjà démontré que la privation de sommeil était associée à des troubles psychologiques tels que la dépression, l'anxiété et la psychose. Un adulte qui essaie de se contenter de six heures de sommeil par nuit a, sans intervention médicale, plus de risque de mourir à l'âge de 70 ans. « La conduite de véhicules alors qu’on dort moins de cinq heures par nuit multiplie par quatre le risque d'accident, explique David van Waesberghe. Il est temps de prendre les troubles du sommeil à bras-le-corps en Belgique. », explique David van Waesberghe, Sleep & Respiratory Care Manager chez Philips.

Au quotidien, ce manque de sommeil conduit à des coups de pompe durant la journée, qui altèrent la concentration, la mémoire et la faculté d'apprentissage.

A quoi sont dus ces problèmes de sommeil ?

On les impute souvent à des troubles psychiques, comme le stress. Mais les problèmes physiques ne sont pas non plus en reste : 320.000 Belges souffrent d'apnée du sommeil, qui se manifeste par une interruption voire un arrêt de la respiration pendant le sommeil. En raison, notamment, de ce manque de sensibilisation, 230.000 patients échappent à tout traitement, alors qu’une apnée du sommeil non traitée multiplie par trois le risque d'accident vasculaire cérébral. Pour dépister un problème aussi particulier que l'apnée du sommeil, il faut sérieusement s'interroger sur ses ronflements. Des ronflements forts, la fatigue et l'hypertension artérielle sont des signes d'appel incontournables de l'apnée du sommeil, décrypte encore les conclusions de l'étude.

* Etude réalisée par Philips en septembre 2017 en Belgique, pour mieux comprendre le comportement de sommeil et les problèmes de sommeil des personnes. 500 Belges ont été interrogés.