Psycho et bien-être

Je suis persuadée que tout le monde, femmes et hommes, s'est posé cette question. Vous, mesdames, parce que vous en avez probablement ras le bol de tomber sur des hommes qui se révèlent « bad boys ». Charmant au début, avec le petit côté excitant qu’on attribue à ce type d’hommes, cela vous lasse en général assez vite. Mais une fois dans la relation, vous avez du mal à en sortir.

De votre côté, messieurs, vous vous demandez pourquoi alors que vous êtes du genre gentil, les femmes sont systématiquement attirées par le beau brun en blouson de cuir qui collectionne les conquêtes. Voici quelques réponses à vos questions respectives.


Les gentils n’ont pas bonne réputation

© production

« Il est gentil », cette phrase a quand même une connotation un peu condescendante. Les gentils n’ont pas bonne réputation. Ils sont considérés comme faibles, prévisibles, ennuyeux,… Bref, rien de bien attirant en apparence. Je suis toujours étonnée de constater la puissance des croyances populaires. Les gens gentils seraient donc soporifiques. Avouez qu’il y a de quoi s’interroger. Pourquoi donc les gentils ne vous attirent pas mesdames ? Il me semble qu’une grande partie de la réponse se trouve en vous. J’y reviendrai.

Cela vaut quand même la peine de vous demander ce que vous craignez en tombant sur un homme gentil. Que redoutez-vous tant ? De vivre une relation saine et équilibrée ? Auriez-vous peur d’être trop bien traitée ?

La gentillesse n’est pas une faiblesse. À mon sens, c’est même une valeur qui devrait sérieusement revenir à la mode. Messieurs, revendiquez votre gentillesse et votre amabilité ! Ne tentez pas de devenir quelqu’un d’autre pour séduire. Mentir sur la marchandise n’est pas une bonne idée.


Les hormones

La science nous offre également quelques pistes de compréhension. Une étude de l'Université du Texas montre une corrélation entre cette attirance pour les bad boys et les hormones des femmes. Kristina Durante, à la tête de cette recherche, explique que lorsque « les femmes sont en pleine période d'ovulation, elles se sentent plus attirées par les beaux parleurs ». Pourquoi ? Car « les hormones associées à la fertilité les conduiraient à se faire des illusions sur ce type d'hommes et à penser que ces derniers pourraient être des partenaires dévoués et de meilleurs pères ». Une autre étude récente menée par des experts de l'Université de Liverpool, ainsi que des institutions en Pologne et en Finlande, montre que "les femmes sont attirées par les hommes avec des regards sombres qui suggèrent qu'ils sont fous, mauvais ou dangereux".

Mesdames, votre libre arbitre est donc limité sur ce coup-là. Difficile de lutter contre les hormones, certes, mais peut-être pouvez-vous vous interroger un peu sur cette gentillesse tant redoutée et voir si vous ne pouvez pas lui redorer un peu le blason.


Les schémas que l’on reproduit

© Pexels / Rene Asmussen

Je vous en parle de temps en temps, nos relations sont influencées par les schémas relationnels dans lesquels nous avons grandi. Donc, si les bad boys sont à votre goût, demandez-vous qui vous a convaincu ! De quel genre de relation avez-vous appris les codes ? Dans quoi vous sentez-vous à l’aise ? Une relation avec un bad boy est à l’image de quelle autre relation que vous avez connue ?

Nous démarrons tous avec un « capital relations », celles dans lesquelles nous grandissons et faisons nos premiers apprentissages. Si les figures parentales auxquelles vous avez été exposées étaient maltraitantes, violentes et non respectueuses, vous êtes familiarisés à ce type de relation et vous allez donc aller vers elles.

Si, par exemple, vous n’avez pas ressenti l’amour parental en suffisance, vous allez chercher désespérément de l'amour ailleurs. Le problème c’est que vous allez le chercher là où on ne peut pas vous le donner, vous cherchez sans vous en rendre compte un amour impossible puisque c'est le schéma que vous connaissez. D’où les bad boys.

Il est, cependant, possible de sortir de ces schémas qui sont loin d’être des condamnations. Ne désespérez pas !


Le défi des sauveuses

Ah ! Je vous entends en consultation… « J’ai cru que l’amour allait le changer ». À ce titre, vous persistez et vous acceptez parfois l’inacceptable. Vous pensez sincèrement que quelque chose va changer, peut-être même vous êtes vous investie de cette mission. Les livres, les films, les chansons, vous font rêver ! Il y a souvent un bad boy dans le conte de fée. Et donc… Vous y croyez, consciemment ou inconsciemment. Et l’histoire se répète sans cesse.

Vous êtes comme des infirmières espérant que leur patient finira par devenir « gentil ». C’est fou non ? Pourquoi donc croyez-vous que l’amour doit relever du parcours du combattant ? D’abord souffrir, ensuite récolter les fruits de cette souffrance. N’y a-t-il pas un chemin plus simple ? Est-il vraiment nécessaire de vous infliger ça ?

Il me semble que non. Mais c’est plus compliqué que ça, n’est-ce pas ? Je vous invite à identifier ce qui fait que vous allez toujours vers ce genre d’hommes. Vous pourrez ainsi changer d’énergie relationnelle et attirer des hommes qui ne vous feront plus souffrir.

À la semaine prochaine.


>> Prochains ateliers « Et si je croyais en mon pouvoir de séduction ? » - Suivez-moi sur Facebook - Lire aussi "Et si je croyais en mon pouvoir de séduction", Julie Arcoulin et Nathalie Vancrayenest, 176p. Ed. Eyrolles.