Psycho et bien-être

Les vacances de Pâques approchent, peut-être est-ce l’occasion de prendre un peu de temps pour vous ? De nouer de nouvelles habitudes qui vous aideront à enclencher la spirale de l’amour inconditionnel de soi ? Dans de précédentes chroniques, je vous invitais soit à prendre du temps pour vous, soit à être un peu plus indulgent avec vous-même, cette fois-ci, mode d’emploi pour faire de vous une priorité et arrêter de croire que ça fera de vous quelqu’un d’égoïste.


Faire de soi une priorité, est-ce permis ?

Bien sûr que non !, allez-vous entendre directement : c’est plutôt mal vu... Mais, si vous lisez mes chroniques régulièrement, vous savez que ce les autres vous reprochent, c’est en fait ce qu’ils s’interdisent à eux-mêmes. Je m’explique: si vous avez emprunté la voie royale de l’amour de soi, cela veut dire que vous êtes capable de faire de vous une priorité. Donc, vous prenez du temps pour vous, vous vous faites plaisir, vous appréciez votre propre compagnie, bref, vous vous chouchoutez.

Si cela fait jaser autour de vous, dites-vous que ce n’est que parce que les personnes qui jasent vous envient. Ce que nous reprochons aux autres n’est qu’un reflet de nous-même que nous avons du mal à gérer. Si, en revanche, vous lisez cette chronique et que vous vous reconnaissez dans les personnes qui envient celles qui se montrent un peu « égoïstes », jugez-vous, j’ai une bonne nouvelle : vous en avez le droit aussi.

La seule personne qui peut vous donner l’autorisation, c’est vous. Alors prenez ce droit de faire de vous une priorité. Cela ne vous empêchera pas d’être présent(e), vraiment présent(e), pour vos proches, enfants, amis, parents,…


Charité bien ordonnée, commence par soi-même

Ce n’est pas moi qui le dis... Cette phrase (qui date de la période médiévale!) est bien connue et pourtant tellement peu appliquée. De quoi avons-nous peur en se mettant sur sa liste de priorités ? De ne plus être aimé(e) ? D’être rejeté(e) ? D’être jugé(e) ? Vous savez pourtant que pour préserver vos ressources et votre énergie, vous avez besoin de repos, de faire des choses qui vous font plaisir, de vous retrouver seul(e) de temps en temps, de faire le point, de vous isoler. Pourquoi donc vous l’interdisez-vous ? Pourquoi est-ce si difficile ?

Prenez un moment pour réfléchir/ressentir si cette interdiction vient vraiment de vous. Avez-vous votre libre arbitre sur votre capacité à faire de vous une priorité ? Y a-t-il une phrase, une petite voix qui retentit dans votre tête lorsque vous envisagez, éventuellement, de penser à vous mettre sur cette liste ? À qui appartient cette petite voix ? Une fois que vous l’aurez identifiée, vous pourrez, très gentiment, rendre à César ce qui appartient à César.

Ensuite, libéré(e) de cette petite voix qui vous empêche de faire ce que bon vous semble, vous pourrez commencer à créer de nouvelles habitudes. Ne procrastinez plus ce moment dont vous rêvez, loin de vos responsabilités et de vos engagements multiples. Prenez un nouvel engagement envers vous-même en vous autorisant à vous mettre en haut de votre « to do » liste. Vos batteries seront rechargées et vous serez d’autant mieux disponible pour le reste.


Mettez la culpabilité à la poubelle

J’imagine que cette petite voix qui vous arrivait à l’oreille jusqu’ici était assez douée pour faire naître en vous un sentiment de culpabilité. La culpabilité, ça ne sert à rien. Pas dans le cas qui occupe cette chronique en tout cas. C’est un sentiment improductif et qui vous pousse à faire des choses que vous n’avez pas forcément envie de faire. La culpabilité est un obstacle majeur à l’authenticité et à l’affirmation de soi.

Elle nous fait croire que nous sommes indispensables et que les autres ne peuvent pas se passer de nous. Elle naît aussi lorsque nous portons des responsabilités qui ne nous appartiennent pas.

Je ne suis pas en train de vous dire de faire de vous la seule et l’unique priorité. Je vous invite, simplement, à, au moins, vous mettre sur votre liste. De cette façon, vous n’oublierez pas que vous êtes aussi important(e) que toutes les autres personnes et choses à faire qui remplissent vos pensées, journées et soirées. Vous êtes la seule personne avec qui vous passerez chaque minute de votre vie, n’est-ce pas une raison suffisante pour être aussi disponible et bienveillant avec vous-même qu’avec les autres (en ce compris vos enfants) ?


Quel engagement prenez-vous envers vous ?

La valeur « engagement » est probablement très importante pour vous. Le problème de cette valeur c’est qu’elle est souvent tournée vers les autres. Il est important de vous l’appliquer aussi à vous. Alors, maintenant que vous êtes à la fin de cette chronique, quel engagement prenez-vous envers vous-même pour faire de vous une priorité ? Pour arrêter de faire passer tout et tout le monde après vous ?

Pensez aussi, si vous avez des enfants, à ce que vous avez envie de leur transmettre. Je suis sûre que vous souhaitez qu’ils soient des adultes accomplis, heureux, capables de prendre soin d’eux avant tout, tout en étant tournés vers les autres. Montrez leur l’exemple. C’est comme cela qu’ils se donneront l’autorisation de le faire.

Pour terminer, j’ai envie de vous dire que le monde a besoin de personnes équilibrées, bien dans leurs baskets et aimantes. Faire de vous une priorité, prendre soin de vous est important pour l’équilibre duquel nous rêvons tous. Donnez-vous le droit de vous échapper, de remettre à demain la relecture de l’exposé de votre fille ou les problèmes de cœur de votre ami(e) pour prendre un moment pour vous. Le monde continuera à tourner, je vous le promets.

Prenez soin de vous.


www.juliearcoulin.com - Suivez ma page Facebook