Psycho et bien-être

Équilibrer notre garde-robe ferait des merveilles pour notre bien-être.


On connaissait l'adage « less is more », voici la règle du « one in, one out ». Dans Esquire, un ancien employé de Facebook a récemment expliqué comment elle lui avait changé la vie.

L'équation du bonheur

Alors que se cache-t-il derrière cette équation minimaliste ? Pour chaque vêtement acheté, une ancienne pièce doit lui céder sa place. Attention, on ne parle pas de troquer la nouvelle veste que vous avez achetée cet automne pour une paire de chaussettes. Ils doivent être équivalent. Pour cela, on peut se baser la méthode de Marie Kondo et se poser la question suivante : ce vêtement me procure-t-il de la joie ? Si les bonnes ondes ne sont plus là, vous savez ce qu'il vous reste à faire.

© UNSPLASH

"Je possède mes affaires, plus qu'elles ne me possèdent"

« Je prends soin de ma garde-robe, et rien ne s'use, alors quand j'achète quelque chose, c'est toujours par rapport à ce que cela pourrait remplacer », détaille Matt Jacobson sur le site du magazine. Pour ce 8e employé de Facebook devenu journaliste lifestyle, la règle s'est imposée d'elle-même après un divorce et un déménagement vers un appartement quatre fois plus petit. 10 ans après, ses habitudes sont toujours régies pour le « one in, one out ». Et il n'a jamais été aussi heureux. « Je possède mes affaires, plus qu'elles ne me possèdent. Et jusqu'ici, je n'ai eu aucun regret », résume-t-il.