Psycho et bien-être

C’est la bonne question à vous poser ! Trouver la réponse, vous permettra de nettoyer votre aimant à pervers narcissique. Les réponses sont diverses et variées, mais elles se trouvent en vous.


Tout d’abord, on va en finir une fois pour toutes avec la question « est-ce parce que je suis faible ? » NON. Voici un petit rappel de ce que sont les pervers narcissiques pour vous convaincre définitivement.


Qu’est-ce qu’un pervers narcissique ?

C’est une personnalité toxique, qui vampirise ses victimes, il projette sur elles les parts de lui-même qu’il/elle ne supporte pas. Ce type de personnalité ne se remet jamais en question, s’arrange pour mettre ses responsabilités dans les mains des autres tout en se faisant passer pour l’homme (ou la femme) de la situation. Il/elle dévalorise et isole en commençant par une phase de séduction où il/elle fera les plus belles promesses et les plus beaux cadeaux. Par définition, un ou une perverse narcissique a besoin d’une proie pour vivre, se nourrir de sa substance en vidant sa victime de toute son énergie. Finalement, elle ne sait plus penser, ressentir et vivre sans lui/elle. Donc, définitivement, NON les pervers narcissiques ne s’attaquent pas aux personnes faibles. Ils ont besoin de quelqu’un de solide, aimant, bienveillant et plein d’énergie sinon, la proie ne les intéresse pas. C’est pour éviter que sa proie ne s’essouffle trop qu’il/elle passe des phases séduction aux phases dévalorisation et isolement (une précédente chronique parle des phases de l’emprise, à lire ici). Réconciliez-vous avec vous-même par rapport à cette question. Voyons maintenant ce qui, dans la plupart des cas que j’ai rencontré en consultation, groupe de paroles, conférences et ateliers, chez vous* a fait que vous avez attiré un/une pervers(e) narcissique.


Vos failles se reflètent

Attention, je parle bien ici des failles, pas de la structure de vos personnalités. Un PN a manqué d’amour, de valorisation, de structure, de bases solides pour se construire une estime de soi suffisamment élevée. Ca vous rappelle quelqu’un ? Peut-être bien vous-même… Vos failles s’emboîtent et lorsqu’on dit que les personnes que l’on attire dans nos vies ne sont que le reflet d’une partie de soi, c’est vrai. Voilà ce qui, peut-être, a fait que vous avez attiré un PN dans votre vie. De plus, les personnalités PN ont cette capacité à s’infiltrer exactement là où vous avez un manque, un besoin. Elles scannent votre être profond et vous disent exactement ce que vous avez envie d’entendre. C’est l’une des choses les plus déroutantes avec ces personnes. Si vous avez attiré un/une PN (ou même plusieurs) ce n’est donc pas parce que vous êtes PN vous-même, c’est parce que vous avez les mêmes failles.


Vous êtes un(e) sauveur/se

Les PN ont l’art (encore un) de se faire passer pour des victimes. Ils se disent incompris, mal aimés, rejetés, victimes de leur ex, de leurs parents, de leur patron, de leurs enfants,… Bref de tout et de tout le monde. Ils/elles passent du rire aux larmes en un millième de seconde, vous disent qu’ils ne se sont jamais sentis aussi bien et en confiance avec quelqu’un d’autre qu’avec vous. Si vous êtes, ne fût-ce qu’un tout petit peu, un sauveur ou une sauveuse, c’est BINGO. Vous êtes pris dans l’engrenage. Votre égo sera valorisé, vous vous sentirez investi d’une mission et vous aurez sincèrement envie d’aider votre nouvel amour. Du pain bénit pour les PN. Dans un premier temps, vous excuserez les débordements, les insultes, la violence physique. Vous mettrez tout cela sur le dos du passé douloureux de votre PN. En attendant, vous vous éteignez à petit feu. Personne ne devrait jamais s’oublier pour aider l’autre. Ce devrait être une règle enseignée à l’école.

© Extrait de "Mon Roi" de Maïwenn


L’un de vos parents est PN

Et oui… Dans bien des cas, on finit par se rendre compte que l’un des parents d’une victime était également un(e) PN. Du coup, vous reproduisez tout simplement le schéma que vous connaissez. Vous avez grandi dans un environnement peu aimant, dévalorisant, violent. Vous connaissez un schéma de couple et vous "pensez" que celui-ci est normal et commun. Vous ne savez pas qu’une relation peut-être sereine et équilibrée. En plus, si vous avez eu un parent PN, vous n’avez pas appris à vous respecter, à vous aimer, à mettre vos limites. L’amour inconditionnel vous n’y avez jamais goûté, vous pensez qu’il faut accepter l’inacceptable pour être aimé(e). Alors, tout naturellement, vous remettez ça dans votre relation de couple.


Comment en sortir ?

D’abord prenez conscience de ce qui, en vous, a fait que vous attirez un PN. Ce sera plus facile de le nettoyer ensuite et vous pourrez y être attentif(ve). Lisez sur le sujet autant que vous pouvez, vous avez besoin d’être confronté(e) à votre réalité pour y croire et en être convaincu(e). Mais, je n’en démordrai pas, faites-vous aider ! Les victimes de PN ont besoin de se reconstruire, de remettre les pieds dans la réalité, d’apprendre à se respecter, à s’aimer, d’augmenter leur estime de soi et cela n’est possible qu’avec une personne neutre. Vous avez besoin d’entendre de la bouche d’un professionnel que vous n’êtes pas fou/folle, que vous avez souffert et qu’il est temps de vous donner le droit de vous reconstruire.

Quoiqu’il en soit, il est tout à fait possible de se sortir des griffes d’un PN et de récupérer tout ce qui fait de vous ce que vous êtes.

* Cette chronique s'adresse aux hommes comme aux femmes victimes de PN, hommes ou femmes. Pour ne pas alourdir la forme et faciliter la lecture, nous n'avons pas féminisé partout les tournures grammaticales.

Suivez-moi sur FacebookConférences et ateliers sur le sujet