Psycho et bien-être

Dormir avec une culotte ou un caleçon n’est pas sans risques…


Et si on vous disait que dormir en tenue d’Ève ou d’Adam est bon pour vous ? Non, il ne s’agit pas là de stimuler un peu plus votre libido durant le printemps, mais du bien-être de vos parties génitales. Dans Le Figaro, un infectiologue explique pourquoi il faudrait « proscrire » les strings, tangas, boxers ou autres culottes lorsque l’on se met au lit.

Frottements et bactéries

Mycoses, irritations en tous genres ou encore infections urinaires (cystites) chez les femmes, les sous-vêtements peuvent être une vraie source de problèmes : ils favorisent la « prolifération de bactéries », explique Jean-Marc Bohbot. « La culotte cause une irritation mécanique en raison de nombreux frottements du tissu contre les parties génitales ». Les femmes qui ont la « vulve fragile » sont particulièrement concernées.

Quelques précautions

L’infectiologue explique qu’une culotte synthétique est à éviter à tout prix. La matière provoque chaleur, humidité et… champignons souligne-t-il. La solution ? Laisser les parties génitales à l’air libre – on peut porter un t-shirt sans problème -, éviter les lavages trop fréquents ainsi que l’épilation intégrale. « La nuit, on ne garde ni son pull, si ses gants, il n’y a aucune raison de garder sa culotte », résume Jean-Marc Bohbot. La vérité nue.