Psycho et bien-être

Quelle meilleure semaine que celle du congé de Toussaint pour vous parler du « hygge ». Nous entrons dans cette période où nous sommes tous fatigués, un peu moroses et où nous avons tous envie de "cocooner". Voici une recette intéressante. Bien plus qu’une recette d’ailleurs, un art de vivre. La chronique confortable de Julie Arcoulin !


Je suis sûre que vous avez déjà entendu parler du principe du « hygge » danois qui vise à nous faire prendre du bon temps pendants ces périodes un peu grises. Mais… Ce n’est pas parce que vous en avez entendu parler que vous l’appliquez, n’est-ce pas? Je frappe donc un peu plus sur le clou cette semaine.

Le hygge prononcé HU-gueu, nous vient du Danemark. Ce pays où il fait tellement bon vivre alors qu’il est loin de l’ensoleillement des tropiques. Beaucoup d’études indiquent que le sentiment de satisfaction est lié au bien-être général et le hygge vous accompagne parfaitement dans ce bien-être.

Il s’agit en fait de se ménager des espaces dans lesquels on se sent bien. Des espaces de vie et des espaces temps. Le hygge nous invite à cocooner entouré de bougies, de thé et de personnes qu’on aime. Et, idéalement, pendant ce moment-là, un plat mijote sur le feu.

Pour pratiquer le hygge, pas besoin d’investissement financier. Peu importe vos moyens, vous avez accès au hygge puisqu’il suggère aussi de se réjouir des petites choses et de ce qu’on a.


Les principes du hygge

Cette pratique repose sur plusieurs valeurs à cultiver :

  • la simplicité : les Danois sont réputés pour être moins matérialistes que les autres peuples. L’art du hygge repose donc sur le fait de se réjouir des petites choses simples de la vie en toute simplicité. Il n’est pas nécessaire de faire de grands voyages pour passer un bon moment. Les moments de qualité sont à votre portée, ici et maintenant. C’est ce que nous enseigne le hygge.

  • La tranquillité : la tranquillité dans le sens du ralentissement. Nous vivons des vies incroyablement remplies et chargées. Nous courons dans tous les sens, sommes hyper connectés, toujours à nous dépêcher. Personnellement, le mot « vite » me donne de l’urticaire à certains moments. « Je vais VITE répondre à mes mails », « Je vais VITE me préparer », « Je vais VITE faire une course ». Vous êtes-vous déjà amusé à compter le nombre de fois par jour où vous prononcez le mot « vite » ? Le hygge nous pousse à ralentir, à nous déconnecter du virtuel pour mieux se connecter à nous-même et aux autres, mais en chair et en os.

  • L’authenticité : l’authenticité est ce qui nous permet d’être nous-même quoi qu’en pense le monde extérieur. Elle nous invite à être au clair avec nos valeurs, avec nos besoins, avec nos ressentis. Cette valeur fait partie du mode de vie du hygge. Prenez un moment chaque jour pour vous brancher à ce qui est important pour vous, à vos besoins, à vos envies. Le hygge nous invite à l’introspection pour mieux se connaître et ainsi se donner le droit d’être soi. Cultiver l’authenticité c’est déjà pratiquer.

  • La générosité : avec les autres, mais aussi avec soi. C’est ce que nous rappelle ce fabuleux principe danois. Bienveillant et généreux, cet art de la vie nous invite à aller vers les autres en les invitant à partager un moment ou un repas et nous invite aussi à nourrir notre âme en étant aussi généreux avec nous-même qu’avec les autres.


Comment démarrer le hygge ?

Il peut être partout. Il ne s’agit pas « que » de décorer son intérieur de façon à s’y sentir bien. Même si cela en fait partie évidemment. Il est important de le cultiver au quotidien à travers les valeurs citées plus haut.

Avant de trouver le hygge à l’extérieur de vous, il est intéressant de le trouver en vous. Ce n’est que de cette façon qu’il fera partie intégrante de votre mode de vie.

L’un des mots d’ordre est « simplicité ». Vous recevez des amis ? Ne cherchez pas la perfection, recevez-les avec le cœur tout simplement. Mieux vaut un moment agréable durant lequel vous êtes présent à vos amis qu’un moment où vous êtes stressé(e) parce que vous voulez que tout soit parfait. Pourquoi se mettre tant de pression finalement ?

Soyez présent, vraiment présent. Profitez du moment présent, des petits ou grands cadeaux que vous fait la vie. Il y en a toujours ! Quelles que soient les circonstances, il est possible de trouver une bonne raison de se réjouir. Les personnes qui ont traversé des atrocités le savent et cultivent leur « muscle » de l’émerveillement.

Profitez de cette semaine de Toussaint pour prendre du temps pour vous et ralentir le rythme. Personne ne le fera à votre place. Vous êtes précieux et vous avez le droit de prendre soin de vous.

À la semaine prochaine.

Suivez-moi sur Facebookwww.juliearcoulin.com


APPEL AUX LECTEURS

Pour cette rentrée de septembre, nous vous offrons le moyen de lui adresser toutes vos questions ou les moments de vie qui vous questionnent, elle apportera des réponses, une fois par mois, à partir de vos témoignages (seuls le prénom et l'âge que vous nous indiquerez seront repris dans l'article) ce qui éclairera aussi les lecteurs de cette chronique populaire du mardi. Voici l'adresse: info@essentielle.be