Psycho et bien-être

Vous vous êtes extasiés sur leurs premiers pas, leurs premiers mots… Au fil des années votre émerveillement s’est émoussé et parfois à l’adolescence, on ne sait pourquoi, vous voilà désappointés, déconcertés par cet individu plus tout à fait enfant et pas encore adulte. 


Nous avons tendance à l’oublier, mais l’adolescence est une phase de transition pas toujours évidente à vivre (comme tous les changements) pour ceux qui la traversent et leur entourage.

Mais qu’est-ce qui nous énerve chez nos ados ?

Lorsque les parents anxieux, désabusés, déçus, déconcertés débarquent en consultation avec leurs adolescents, j’entends souvent les mêmes doléances : « il/elle est insupportable », « il/elle est ingérable », « Il/elle ne sait pas ce qu’il veut », « il/elle ne s’investit pas dans ses études/activités extrascolaires », « il/elle rêvasse toute la journée », « il/elle prend tout à la légère/avec nonchalance », « A la moindre remarque, il/elle prend la mouche et devient agressif (ve) »…

Et si cela s’expliquait ?

Au risque de me répéter, le cerveau humain n’atteint sa pleine maturité que vers 25 ans. Et l’adolescence est le temps d’intenses et profondes modifications cérébrales. Celles-ci impactent leurs comportements, leurs humeurs, leurs capacités à gérer leurs émotions. Les décalages de maturité physique, affective, émotionnelle, intellectuelle nous déconcertent. Leurs réactions d’enfant semblent inconciliables avec leur corps d’adulte ! Eux-mêmes sont parfois perdus, surpris de leurs réactions et ne savent pas toujours les expliquer.

L’adolescence est une période de transition vers l’autonomie, l’indépendance de l’adulte. De nos jours, les parents la vivent souvent comme une période de rejet, une perte de contrôle. C’est aussi un moment de quête d’identité et d’affirmation de soi pour l’adolescent. Il construit ses opinions dans une logique « contre » et non « pour, » cela lui permet de s’affirmer différent, indépendant de ses parents. Il teste l’opinion des adultes pour construire la sienne. Pour réussir cet exercice, l’adolescent a besoin d’adultes solides, capables de reconnaître la force des arguments qu’ils avancent même s’ils ne partagent pas cette même opinion. Débattre et refaire le monde sont des constantes de l’adolescence ! Et si cette fois, ils y arrivaient, notre monde, leur monde s’en porterait-il plus mal ?

L’adolescent se sent régulièrement en insécurité par rapport à son image, sa capacité à être aimé, son avenir… Il lui faut faire le deuil de ce qu’il était, de son enfance, de la toute-puissance qu’il accordait à ses parents et donc de la sienne. Ensuite, il lui faut intégrer  l’image de ce nouveau corps, de toutes ses nouvelles aptitudes.

Compréhension n’est pas synonyme de démission, de permission !

L’adolescent en face de vous n’est pas apparu ex nihilo ! Il est le prolongement de ce nourrisson qui vous a émerveillé par ses prouesses. Il est l’individu que votre éducation a influencé. L’autoritarisme et le laxisme sont deux ennemis de l’adolescent et paradoxalement ces deux attitudes éducatives le pousseront dans des attitudes de défiances dangereuses pour lui.

Avec lui :

Privilégiez l’empathie face à leur très forte réactivité émotionnelle, aidez-les à mettre des mots sur leurs ressentis, sur ce qu’ils vivent. Soutenez-les dans leurs choix. 

Étayez leur analyse lorsqu’ils doutent, hésitent, faites appel à leurs discernements.

Expliquez votre point de vue, affirmez vos valeurs, ne les imposez pas ! Aidez votre adolescent à prendre en compte toutes les nuances, implications et conséquences de ses opinions, ses valeurs, ses choix et à en assumer les conséquences.

Responsabilisez-les, enfreindre les règles est un choix conscient et leurs actes ont des conséquences qu’ils devront assumer.

Encouragez leurs désirs d’autonomie, de liberté, leurs envies de vivre des expériences nouvelles, de prendre des risques…

Faites preuve de compréhension, vous aussi vous avez été adolescent !

Prenez conscience des “doubles standards” dans votre vision de l’adolescence.

Voici quelques exemples, je suis certaine que vous en avez beaucoup d’autres :

- Un adulte qui ne fait rien, lâche prise et se repose. Un adolescent qui ne fait rien “glande”, “perd son temps”...

- Trois adultes qui parlent ensemble, c’est un groupe qui échange. Un groupe d’adolescents qui discutent est une bande qui prépare un “sale coup”.

- Un adulte qui prend un jour de congé pour faire un break parce qu'il en a ras- le- bol de son job prend soin de sa santé mentale. Un adolescent qui sèche, une heure, une journée de cours parce qu’il en a ras-le-bol est un irresponsable, un glandeur, un fainéant…

- Un adulte, qui ne reprend pas de travail à la maison sait placer ses limites . Un adolescent, qui néglige un devoir, une leçon, est un paresseux.

L’adolescence, c’est aussi une période exaltante, intense de discussions, de partages…

Acceptez-les comme ils sont, ne tentez pas d’en faire ce que vous vous voudriez qu’ils soient.

Aimez-les inconditionnellement !

Je vous retrouve dans deux semaines.