Psycho et bien-être

Difficile pour Kate Middleton de cacher une grossesse, d'où cette annonce un peu précipitée à la presse hier. Lorsqu'elle attendait George et Charlotte, la duchesse de Cambridge souffrait d'hyperemesis gravidarum, une maladie qui empoisonne la vie des futures mamans.

Plus fréquent qu'on ne le pense, ce problème de santé touche une femme enceinte sur cinquante, souvent les plus jeunes. Il s'agit d'une forme aggravée de nausées matinales. Les symptômes : nausées et vomissements, déshydratation, constipation, déséquilibre des niveaux d'hormones, hémorragie sous-conjonctivale (dans l'oeil), perte de poids, hallucinations, vertiges ou encore attention amoindrie aux mouvements. Il se pourrait donc que Kate Middleton ne puisse pas assumer toutes ses obligations publiques dans les prochains jours. Lors de sa première grossesse, elle avait dû être hospitalisée. Et selon le communiqué du palais, c'est à nouveau le cas : "La Duchesse a été admise cet après-midi à l'hôpi­tal King Edward VII dans le centre de Londres, atteinte d'Hype­re­me­sis Gravi­da­rum. Comme elle est enceinte depuis très peu de temps elle devrait y rester pour plusieurs jours, et aura besoin de repos après son séjour à l'hôpi­tal".

Cette maladie reste un mystère pour les médecins. Si on peut traiter la pathologie, on n'en connaît pas encore vraiment l'origine. Est-ce lié aux changements hormonaux ? A des problèmes de nutrition ? Selon une étude, certains facteurs génétiques peuvent également favoriser la pathologie. Et les facteurs peuvent être aggravés par la faim, la fatigue, les odeurs, le régime alimentaire, la prise de certains compléments alimentaires prénataux. Heureusement, s'il est traité à temps, l'hyperemesis gravidarum disparaît au deuxième trimestre. Kate devrait donc pouvoir profiter de ce bonheur après quelques semaines de patience...