Psycho et bien-être Les produits de nettoyage agressifs ou désinfectants influenceraient le poids des enfants.

Une maison propre, brillante qui sent bon : le rêve de tous. Pas de chaussettes qui traînent, pas de tâches de choco sur la table après le petit-déjeuner (qui restent jusqu’au dîner), ni de traces de mains grasses sur les vitres, ça existe dans certaines maisons, c’est rare, mais ça existe ! Et si ce rêve de propreté était en réalité un cauchemar pour le poids des enfants ? Une petite explication s’impose.

Une équipe de chercheurs canadiens a étudié la corrélation existant entre une maison lavée (ou plutôt désinfectée) avec des produits/désinfectants de nettoyages agressifs et le poids des enfants. Quand on parle de produits agressifs, ce sont tous les produits classiques, non écologiques, qu’il est possible de trouver dans les commerces.

Cette étude pour le moins originale, publiée dans le Canadian Medical Association Journal en septembre 2018, montre que les parents utilisant ses produits au moins une fois par semaine auraient des enfants davantage sujets à l’obésité ou au surpoids. Les chercheurs expliquent que ces produits modifieraient le microbiote intestinal de l’enfant. Ils perturberaient leur métabolisme équilibré et donc augmenteraient les risques de surpoids. Le microbiote intestinal équivaut à la flore intestinale qui est composée de 40.000 milliards de bactéries (deux fois plus que les cellules dont dispose notre corps). En effet, les chercheurs canadiens ont étudié les selles de 757 nourrissons (de 3 à 4 mois) dont les parents utilisent des produits écologiques ou agressifs. "Ce n’est pas détaillé dans l’étude mais il serait intéressant de comprendre comment ces substances agressives inhalées se retrouvent dans les intestins", s’interroge le toxicologue de l’Université Catholique de Louvain, Alfred Bernard.

Des doutes persistent…

Selon certains, notamment l’American Cleaning Institute, cette étude fait débat car un troisième acteur essentiel n’est pas pris en compte : l’alimentation. "Les personnes utilisant des produits écologiques ont probablement une alimentation plus saine. Ils vont éviter certains aliments et être plus prudents. C’est, selon moi, le lien le plus probable. Des personnes ayant une hygiène de vie moins saine sont plus exposées à des perturbateurs endocriniens (des substances naturelles ou artificielles étrangères à l’organisme qui modifient le fonctionnement du système endocrinien. Cela peut avoir des effets néfastes sur l’organisme. NdlR) ", précise Alfred Bernard.

Les personnes à la base de ces recherches restent prudentes elles aussi, face à ces résultats. Aucun lien de cause à effet n’a pu être établi clairement concernant l’utilisation de produits agressifs et l’obésité. "Beaucoup d’associations sont souvent secondaires", précise Alfred Bernard. "L’obésité est multifactorielle. L’allaitement peut avoir des conséquences, si la mère fume durant la grossesse, cela peut également être un facteur d’obésité chez les enfants."

Un nombre immense de facteurs peut entrer en compte et varier d’une famille à l’autre. "Généralement les ‘petits poids’à la naissance ont des rebonds possibles plus tard et peuvent être plus sujets à l’obésité", explique la diététicienne Adélaïde Domken. "Ce n’est évidemment pas une généralité, ni une fatalité. Mais avec les ‘petits poids’, nous allons faire plus attention."

Malgré le manque d’informations publiées dans cette étude, il est important de rappeler que l’inhalation de ces produits, surtout le chlore, a des effets néfastes sur la santé. "Il a été étudié que les enfants ayant inhalé ces substances sont plus sujets à des affections respiratoires, comme l’asthme par exemple", conclut Alfred Bernard, toxicologue à l’UCL. Et puis l’important n’est pas de désinfecter sa maison, cela tue les bonnes comme les mauvaises bactéries, mais bien de nettoyer, tout simplement.