Psycho et bien-être Il arrive à tout le monde de râler pour un oui ou pour un non, parce que notre train est en retard, parce que notre boss est excessivement embêtant aujourd'hui, parce que l'endroit où nous achetions notre croissant au matin est exceptionnellement fermé, parce que tout le monde semble s'être donné le mot pour nous ennuyer.


Que ce soit pour une petite chose anodine ou un fait grave, râler est très courant.

La psychologue néerlandaise Wendy van Mieghem explique à nos confrères du Algemeen Dagblad les bienfaits des râleries.

"Râler est loin d'être mauvais, c'est même bon pour nous. Râler nous soulage mais nous aide aussi à tisser des liens avec les autres. Cela nous rend donc plus heureux et plus sociable". Râler a même quelque chose d'intime puisqu'en le faisant on se confie. "En râlant sur quelque chose, nous ouvrons le dialogue avec l'autre, nous essayons de le ranger de notre côté". Râler sur les mêmes choses rapproche automatiquement les gens.

Mais, attention, ce n'est pas pour autant qu'il faut vous mettre à râler toute la journée car, malheureusement, tout le monde n'est pas d'accord avec la psychologue. L'un de ses confrères, Bart Flos, explique que les personnes qui se plaignent sans arrêt "ont moins d'amis, ont moins de succès et sont plus souvent malades".

Si râler de temps en temps peut effectivement avoir un impact positif dans votre vie, attention de ne pas franchir la limite sous peine d'obtenir l'effet inverse !