Royals

Le Prince Harry et sa future épouse, Meghan Markle, ont donné une interview à la BBC juste après l'officialisation de leur futur mariage au printemps prochain, comme le veut la tradition. Ils en ont profité pour donner plus de détails sur leur rencontre, la demande en mariage et la manière dont ils ont vécu le déferlement médiatique autour d'eux.


"Trois ou quatre semaines après notre rencontre, je l'ai invitée à me rejoindre au Botswana. Nous avons campé sous les étoiles. Elle m'a rejoint 5 jours là-bas. C'était fabuleux", a confié le prince Harry. "C'était plaisant de rencontrer une personne qui ne faisait pas partie de mon entourage, que je ne connaissais pas et qui ne me connaissait pas."

Un poulet rôti 

La suite, on la connaît. Ils sont tombés amoureux et le prince Harry a décidé de concrétiser leur histoire avec une demande en mariage qui s'est passée autour d'un poulet rôti. "Cela a été une incroyable surprise. C'était très romantique. Il a mis un genou à terre", a confié l'Américaine qui ne l'a même pas laissé finir sa demande lui demandant tout simplement si elle pouvait dire oui. "On s'est fait des câlins et j'avais la bague à la main. A un moment, je lui ai quand même demandé si je pouvais lui donner la bague; Elle m'a dit 'oh oui la bague'", plaisante le prince Harry. 

"Blessés" par les critiques de la presse contre Meghan

"J'ai essayé de te prévenir autant que possible mais je pense que nous avons été tous les deux totalement surpris par les réactions... On peut avoir autant de discussions que l'on veut et se préparer autant que possible, mais nous n'étions absolument pas préparés à ce qui s'est passé", a déclaré le prince. Pourtant, peu après qu'ils se soient mis à se fréquenter, Harry s'était exprimé dans un communiqué inhabituel du palais de Kensington qui gère sa communication. Il s'en était pris au "sexisme" et au "racisme" des réseaux sociaux envers Meghan Markle, ainsi qu'à la presse coupable de "harcèlement" à son égard. 

Meghan Markle, 36 ans, a confié pour sa part qu'elle n'était pas habituée à cette culture des tabloïds britanniques et avait jusqu'alors "vécu une vie relativement tranquille".

"Nous avons été blessés si fort au début par beaucoup de choses fausses que j'ai fait le choix de ne rien lire, ni de positif ni de négatif. A la place, nous nous sommes concentrés sur notre relation", a-t-elle dit. Les remarques sur l'origine ethnique de la jeune femme dont la mère est afro-américaine, ont été "démoralisantes", a-t-elle commenté, se disant "fière de qui je suis et d'où je viens".

Bien évidemment, l'ombre de Lady Di, la mère d'Harry, planait lors de cette interview. "Elles se seraient très bien entendues. Ma mère aurait été très excitée. Diana et Meghan auraient probablement été les meilleures amies", a conclu Harry, convaincu que Meghan "sera incroyablement douée" dans son nouveau rôle, à ses côtés.