Royals Pour la première fois, la souveraine britannique a assisté sans y participer à la journée du Souvenir du 11 novembre.


Si depuis 1952 et son accession au trône la reine Elizabeth II a manqué à six reprises la journée du Souvenir commémorant les victimes britanniques des conflits – deux fois parce qu’elle était enceinte et quatre fois en raison de déplacement à l’étranger -, ce qui s’est passé dimanche à Londres était totalement inédit. Tout en assistant bien à la cérémonie organisée au Cénotaphe, le mémorial implanté au centre de la capitale anglaise, la Reine n’a pas déposé la traditionnelle couronne de fleurs comme elle le fait chaque année. C’est le prince Charles qui s’en est chargé, imité par la suite par ses enfants, les princes William et Harry.

“La Reine souhaite être au côté du duc d’Edimbourg et il sera au balcon”, a expliqué un porte-parole du palais royal britannique.

Ce retrait volontaire de la souveraine britannique est une nouvelle preuve de la transition qui se joue à Buckingham depuis plusieurs mois. Après la retraite actée de son époux le prince Philip qui est âgé de 96 ans, Elizabeth II a également commencé à prendre du recul en confiant de plus en plus régulièrement l’exercice d’une partie de ses prérogatives à son fils ou à ses petits-fils.

La journée du Souvenir est organisée chaque année le dimanche le plus proche du 11 novembre, aussi bien à Londres qu’un peu partout dans le Royaume-Uni. Elle commémore les hommes et les femmes tombés lors de la Première Guerre mondiale et des autres conflits. Pendant la seule guerre 14-18, plus d’un million de personnes originaires de l’Empire britannique ont péri dans les combats.