Sorties

Il compte parmi les plus grands festivals de jazz d'été d'Europe avec une programmation qui peut charmer tout le monde. Et offre en même temps une atmosphère super cosy entre foodtrucks cool, chaises, tables et verdure.


Tout a commencé avec Willy DeVille en 2007. Un moment de grâce et un artiste habillé en iroquois qui iradiait en chantant devant un public sautillant et convaincu.

Une première rencontre déterminante avec un festival dont on est immédiatement tombée amoureuse. Parce que c'était du jazz qu'on ne connaissait pas bien et qu'on a découvert (Pat Metheny Trio, Brad Mehldau). Parce qu'il y avait aussi des sacrées têtes d'affiche (DeeDee Bridgwater, Buena Vista Social Club, Melody Gardot), parce qu'on y a vécu des émotions musicales transcendantes (Anthony and the Johnsons, Morcheeba), parce que le Gent Jazz Festival a fait venir la même année (2017) nos groupes fétiches (Archive et Einstzürtende Neubauten, oui vous aussi ça peut vous arriver, il faut guetter la programmation que l'on commence à connaître dès novembre!) et parce que l'ambiance y est tellement magique...

Autant dire que ce Festival auquel on se rend avec une envie jamais démentie, on le connaît plutôt bien. Et l'on y va autant pour la programmation que pour l'ambiance qu'on n'a retrouvée nulle part ailleurs. Cette année, tout commencera avec le grand David Byrne, le vendredi 29 juin. Mais il y aura aussi Selah Sue, Paolo Conte, Tom Jones, le groupe hip-hop The Roots. Côté 100% jazz, on nous conseille le tout grand saxophoniste Pharaoh Sanders le 7 juillet, et Hudson, un superband composé de grands jazzmen.

Voici pourquoi vous devez y aller aussi !

Le Bijloke est un petit bijou

© DR

A quelques encablures de la gare St-Pieters, le Bijloke est un ancien monastère de moniales cisterciennes. Depuis le XIIIe siècle, cette abbaye avait comme particularité d'abriter un hôpital. Aujourd'hui, l'endroit a été totalement rénové mais conserve un cadre majestueux et vert. Il accueille un musée et un centre de musique de jazz et de musique contemporaine. Et en juillet, c'est le terrain de jeu préservé du Festival de Jazz de Gand depuis ses débuts. Deux scènes y sont installées : l'une permet des concerts plus intimistes (ou encore plus surchauffés !) et la principale accueille sous tente (quelle bonne idée en cas de pluis) les têtes d'affiche.

Au milieu de tout ça, des écrans permettent de suivre le spectacle alors qu'on est encore attablés, dans la verdure voisine, devant un verre ou une petite bouffe entre amis.


Les artistes s'y lâchent

Le retour de Saint Germain en 2016 avait amené une émotion dans le public parce qu'on sentait celle de Ludovic Navarre l'initiateur de ce groupe mêlant nu jazz et house revenu sur le devant de la scène avec un set aux influences africaines super touchant. The Budos Band, lui, un groupe américain éthio-jazz et deep funk avait lâché les chiens et surtout lancé des bières et autres cannettes de boissons au public qui en redemandaient. On repense aussi à Einstzürtende Neubauten, le groupe industriel de Blixa Bargeld, qui, avait fait tomber un demi-tonneau de couverts par terre... et autres expériences sonores étonnantes qui avaient fait fuir quelques personnes de sous la tente mais en avaient captivé des centaines d'autres. Les caméras aiment d'ailleurs, lors de ce festival, filmer longuement les réactions du public ou un visage bouleversé, mixant fans et musiciens sur le même écran.


On y mange bien et à l'aise grâce au village foodtruck

© DR

Depuis trois ou quatre ans, un vrai Foodtruck Village s'est installé au centre du Bijloke, à côté d'une grande pelouse accueillant des tables et des chaises. Des trucks, des caravanes proposant une healthy food mais aussi des bons hot-dogs ou des burgers, des plats indiens, des glaces faites maison, bref de quoi nourrir toutes les envies, sont rassemblés nombreux et c'est un vrai "plus" que de pouvoir profiter de la magie des lieux en dégustant tranquille un petit plat ou un buvant une bière fraîche, un verre de (bon) vin, ou un gin tonic.

Le tout dans une ambiance respectueuse et bon enfant. Les amateurs de jazz sont-ils les plus cool des festivaliers ? On le dirait bien...


Il y aura Melanie De Biasio cette année

La Belge envoie une émotion incroyable qui donne la chair de poule, même en festival. "La voir en live est une opportunité que personne ne doit manquer", expliquent les organisateurs. Et plein d'autres Belges émaillent la progra : Sal La Rocca, Jeff Neve, Lady Linn, le trio Nathalie Loriers / Tineke Postma / Sam Gerstmans, Steiger, Too Noisy Fish, Igor Gehenot, Bart Defoort, Isolde XL, Fundament.

© A Werchter, l'émotion intacte de Melanie de Biasio - JC Guillaume


L'espace VIP est vraiment trop cool

Il est situé à l'arrière dans un ancien cloître rénové, on y sert des petites assiettes de plats cuisinés devant vous. De grands canapés et fauteuils dans les jardins vous y attendent et des bars intérieurs et extérieurs proposent de multiples boissons. Vous pouvez remporter des places en participant à notre concours ICI. Et pour ceux qui ne gagnent pas, on vous assure qu'on est au moins aussi heureux avec des accès standard, à gagner ici ! C'est magique on vous dit.


On peut s'imprègner du Gent Jazz Festival avec la playlist Spotify

Le Gent Jazz Festival s'invite en avance dans vos oreilles avec une playlist qui permet de découvrir les talents multiples des artistes et la diversité de la programmation. C'est ICI


>> La 17e édition du festival gantois se déroulera du 29 juin au 8 juillet 2018. Infos et rés. : gentjazz.com - tickets