Sorties

Plus de 200 paires de chaussures pour hommes et femmes feront l'objet d'une exposition inédite au Victoria and Albert Museum à Londres, du 13 juin 2015 au 31 janvier 2016. L'occasion de revenir sur la transformation d'un des accessoires de mode les plus obsédants, parfois considérés comme un véritable objet de torture au quotidien.

C'est essentiellement sur cette ambivalence - source de désir, mais aussi de douleur - que repose toute l'exposition "Shoes : Pleasure and Pain", retraçant pas moins de 2.000 ans d'histoire de la chaussure provenant des quatre coins du globe, avec des modèles historiques, contemporains et parfois même totalement futuristes.

De la sandale égyptienne aux stilettos

Le Victoria and Albert Museum abrite une véritable mine d'or pour les shoes addicts, avec plus de 200 paires entièrement dédiées à cette exposition. Les amateurs pourront notamment apprécier une paire de sandales antiques ornée de feuilles d'or pur provenant de l'Égypte ancienne, mais également des modèles conçus grâce à l'impression 3D.

Les chaussures de personnalités seront aussi à l'honneur, avec des modèles historiques jamais exposés jusqu'alors, mais aussi des paires devenues iconiques grâce à leur propriétaire, leur histoire, ou encore leur apparition dans un film ou une série TV. L'exposition mettra en lumière des chaussures portées par la Reine Victoria, Marilyn Monroe, Sarah Jessica Parker, Kylie Minogue, Daphne Guinness, ou encore les chaussons de danse confectionnés pour Moira Shearer dans le film "Les Chaussons rouges" de Michael Powell et Emeric Pressburger.

Bien évidemment, les designers contemporains seront également mis à l'honneur, de Prada, à Christian Louboutin en passant par Jimmy Choo et Manolo Blahnik.

De l'euphorie à la douleur, il n'y a qu'un pas

Véritable objet d'obsession, de désir, et parfois même de fétichisme, la chaussure peut se révéler un calvaire au quotidien. Conçus et admirés pour leur esthétique, les modèles les plus excentriques et vertigineux ne sont généralement pas étudiés pour marcher, transformant un geste simple et naturel en véritable séance de torture.

Cette ambivalence sera étudiée dès le premier niveau de l'exposition, au rez-de-chaussée, avec trois thèmes abordés : la transformation, le statut et la séduction. Le premier étage sera lui consacré au processus de création. Tel un véritable laboratoire, les visiteurs pourront découvrir comment sont fabriquées les escarpins, les sandales, et talons hauts, entre savoir-faire artisanal et nouvelles technologies. Une expérience appuyée par une sélection de films, des animations, ou encore des croquis de créateurs.