Voyages
Le charme de la petite cité maritime Dubrovnik est connu dans le monde entier. Et la ville croate est malheureusement victime de son succès, l'effet Game of Thrones multipliant les curieux. Si bien que l'été, elle se noircit littéralement de touristes. D'ailleurs, les habitants ont fui le cœur historique, patrimoine de l'Unesco, devenu étouffant, bruyant et cher. Si le monde afflue, il est tout de même plus agréable de se perdre dans les ruelles pavées en dehors de la période estivale. A certains moments de la journée et à certains endroits, il est même possible de s'y retrouver (presque) seul au monde. Voici quelques conseils...

Pour se baigner ou respirer, filez à Lokrum

© Stéphanie Carion

La chaleur de l’Adriatique et l'eau turquoise invitent à la baignade. Mais Dubrovnik ne compte qu'une plage minuscule très vite bondée. Alors où poser sa serviette sans entrer dans l'intimité de ses voisins ? L'île de Lokrum se situe à 15 minutes en bateau des remparts. Sauvage et plutôt vaste, elle regorge aussi de lapins et de paons en liberté. Plus on s'éloigne du port, plus on s'y retrouve au calme, loin des terrasses. Parsemé de sentiers, le lopin de terre se parcourt en 2 heures. Considéré comme "la plage" des Ragusains (les habitants de Dubrovnik), c'est aussi le lieu pour se poser, respirer, et se rafraîchir à l'abri des arbres. Ici, pas de sable, mais des rochers et des criques. Au sud de l'île, on y retrouve la Mer Morte, un ancien bassin d'effondrement géologique (à l'eau salée) qui prête aux plaisirs des plongeons sous l’œil attentifs des paons.


Un plaisir pour les papilles

© Stéphanie Carion

Si écoles et habitants ont déserté le centre historique de Dubrovnik, l'horeca y est roi. Sans trop regarder au prix, qui reste un brin en dessous de la Belgique mais bien supérieur au reste de la Croatie, on peut réellement se faire plaisir avec les produits frais de la mer, une cuisine simple et remplie de saveurs. Attention évidemment aux attrape-touristes comme dans toutes les villes très touristiques, mieux vaut ne pas s'attabler au premier restaurant venu. Les plats typiques sont le risotto à l'encre de sèche, la soupe de poisson, le calamar grillé, les moules à la buzara, etc. Malheureusement pour le porte-monnaie, il reste compliqué d'y manger sur le pouce. Pour un coût abordable et une excellente qualité, il ne faut pas hésiter à s'éloigner vers la baie de Lapad. 

A l'intérieur des remparts, le Lady Pi-Pi vaut le détour (pour sa cuisine et sa madame qui fait pipi, autrement plus vulgaire que notre Jeanneke-Pis à Bruxelles). Ce restaurant en plein air, sur une terrasse privée loin de l'agitation, se mérite car il faut grimper tout en haut de la vieille-ville, mais aussi bénéficier d'un temps clément pour qu'il soit ouvert. Le soir, il est compliqué d'y manger, les files sont longues. Mais à midi, la petite ruelle est déserte et il est facile d'y trouver une table hors-saison. Les grillades y sont succulentes !

--> Lady Pi-Pi, Antuninska 21 (fermé de novembre à avril), pas de réservation possible.


Quand Dubrovnik se vide

© Stéphanie Carion

S'aventurer sur le Stradun (l'allée principale) peut parfois relever du parcours du combattant. Lorsque l'allée est remplie de touristes, n'hésitez pas à grimper dans les ruelles du haut de la vieille-ville qui découragent bon nombre de personnes. Vous n'y perdrez pas au change, elles sont remplies de charme. Le moment idéal pour prendre un joli cliché de cette véritable colonne vertébrale et y flâner, c'est entre 16 et 19 heures, les gens la désertent, sans doute pour retourner se rafraîchir dans la piscine de l'hôtel ou pour se préparer à sortir au restaurant le soir.


Sur les remparts, tôt le matin

© Stéphanie Carion

Très touristique, la promenade sur les remparts de la vieille-ville est onéreuse, mais incontournable. Les 2 kilomètres se parcourent en près de 2 heures et offrent une vue panoramique superbe sur la ville et sur l'Adriatique. Mieux vaut s'y rendre tôt le matin pour ne pas trop souffrir de la chaleur et y circuler plus librement de tours en forteresses. Et hors saison, il est même encore possible de prendre quelques clichés sans une main ou un smartphone qui s'y incruste.


Au marché !

© Stéphanie Carion

Tous les jours, de 8 à 13h, on retrouve le petit marché de la vieille ville (Gunduliceva Poljana) avec son petit artisanat et des fruits et légumes. Il est évidemment très orienté tourisme. Le marché de Gruz est quant à lui plus vivant, plus vaste et vend de tout. Attention, pour le poisson, il est préférable de venir tôt.


Une excursion à ne pas manquer !

© Montage avec Reporters

Lors d'un long week-end, Dubrovnik se visite rapidement, en dehors des nombreuses activités. Beaucoup de touristes en profitent donc pour visiter Kotor au Monténégro. Cette petite ville classée au patrimoine de l'Unesco, coincée entre la montagne et les baies, est tout à fait charmante et authentique. Elle n'est située qu'à deux heures de voiture ou bus (parfois plus pour le bus s'il est bondé vu que chaque passeport ou carte d'identité est contrôlé à la frontière). Les amateurs de kayak de mer seront ravis, sans doute davantage qu'à Dubrovnik, surtout en dehors des deux gros mois d'été.


Se loger

© Stéphanie Carion

Se loger à Dubrovnik n'est pas une mince affaire. Si l'offre est gigantesque, les endroits les plus sympas sont vite réservés. Hors saison, il est donc plus facile de partir sans devoir réserver quatre mois à l'avance. Pour rester proche du centre historique (et pour ceux qui n'ont pas peur de grimper des marches), les quartiers de Pile et Ploce sont très agréable avec une vue plongeante sur l'Adriatique. On y retrouve de nombreux Bed & Breakfast et des Airbnb.

--> Un endroit très sympa avec une petite piscine et un propriétaire très accueillant (une pompe à bière sur la terrasse) : la Villa Klaic, Šumetska 9, Gornji Kono, Dubrovnik, 20000 (très facile d'accès depuis la route principale dont on n'entend pas un bruit). infos: www.villaklaic-dubrovnik.com


Visiter les vignobles

© Reporters

Les amateurs de vin et de beaux paysages seront ravis de visiter les vignobles de la région. Sauf qu'en city-trip, si on peut se passer de louer une voiture, c'est mieux. Une chouette excursion (et certainement plus facile à faire en dehors des gros mois d'affluence), est programmée par le bar D'Vino. Sasha ou Anita emmène les touristes sur la presqu'île de Peljesac en mini-van climatisé. 

--> D'Vino Wine Bar, Palmoticeva 4A. Infos: www.dvino.net


Les festivals des gourmands

© Stéphanie Carion

Les plus chouettes festivités gastronomiques et œnologiques sont programmées en avril, septembre et en octobre. Fin avril, on débouche les meilleures bouteilles au Festiwine. Le dernier week-end de septembre, place au Wine and Jazz Festival. Et fin octobre, le Good Food Festival réunit durant quatre jours les meilleures tables de la cité pour des menus spéciaux, des ateliers, des dégustations, des visites, etc. Infos: http://experience.dubrovnik.hr


Un apéro magique

© Stéphanie Carion

Il existe deux bars cachés sur les rochers à Dubrovnik, dans le sud de la vieille-ville. On les surnomme "Buza" qui veut dire en ragusain "trou" car ils transpercent les fortifications. En soirée au coucher du soleil, l'apéro vaut le détour au bord de l'Adriatique, sur les hauteurs. Sans compter qu'on ne s'y ennuie jamais avec les casse-cou qui plongent depuis les roches. En haute saison, il est évidemment plus compliqué de s'asseoir face à la mer. 

--> Café Bar Buza (Crijeviceva 9) et Mala Buza Bar (Brace Adrijica)