Voyages

Le Portugal est connu pour ses vins et son Porto... qui ne vient pas de Porto.

Le Portugal s’est forgé au fil des siècles une expertise certaine en matière de production et transformation du vin. Porto en est un illustre exemple. Pas seulement parce que tout le monde connaît le vin éponyme mais parce que la cité est bordée par le Douro.

Ce fleuve qui a vu passer des milliers de bateaux chargés d’importantes cargaisons de vins est logé au fond de la vallée enlacée de vignobles plantés sur les versants assez raides.

L’irrésistible apéritif

Contrairement à ce que beaucoup pensent, le “Porto (DOC)” n’est pas produit dans cette ville, mais à 100 km de là, dans le Haut Douro. Cela n’empêche évidemment ni les Portuans d’en vendre abondamment ni les touristes de ramener quelques bouteilles dans leur valise.

Si cette boisson est connue dans le monde entier, c’est parce que sa technique de fabrication spécifique lui confère une rondeur très appréciée. Il s’agit en effet d’un vin “muté”, c’est-à-dire que les producteurs ajoutent une eau-de-vie (par exemple du brandy) au moût pendant l’étape de fermentation, ce qui a pour effet de la stopper net. Grâce à cela, une certaine quantité de sucre (cela dépend du moment auquel on ajoute l’alcool fort) sera conservée, raison pour laquelle le vin est marqué d’une touche fruitée.

Chaque Porto est différent puisqu’il est issu de l’assemblage de fruits de plusieurs cépages. Autant de raisons de goûter ce vin dès que vous avez l’occasion, avec modération bien sûr puisqu’il monte quand même à 20 %.

On l’utilise le plus souvent en apéritif ou en digestif mais il peut parfaitement accompagner un repas (voir ci-contre).

Des vignes à perte de vue

Au départ de Porto, des croisières sur le Douro jusque Régua ou Pinhão sont régulièrement organisées. Confortablement assis dans un bateau, les visiteurs ont l’occasion d’observer les différents quintas de part et d’autre de la vallée. Ces exploitations viticoles appartiennent le plus souvent à de grandes compagnies comme Croft, Fonseca, Sandeman ou Taylor’s. 

Les touristes peuvent se rendre dans certains quintas . Ils auront alors tout le loisir d’écouter des passionnés vanter les mérites de leurs raisins, sous le soleil, en plein milieu de vignobles pentus pensés de manière très géométrique. Vient ensuite la visite du sésame, c’est-à-dire de l’ensemble de pièces où le raisin est patiemment transformé en vin. Parfois, il est encore foulé à pieds nus car ce serait la meilleure manière d’en extraire le jus.

Une fois transformée, la boisson est entreposée dans des chais de vinification, dans de grands tonneaux en bois, et restera là durant des années. Après vous avoir mis l’eau à la bouche, les gérants des lieux vous proposeront une dégustation, généralement accompagnée de succulents fromages. Une activité immanquable qui plaira autant aux néophytes qu’aux connaisseurs.

Les vignes s’étendent à perte de vue le long du fleuve Douro.

Quel Porto choisir ?

Les Rouges  :

– Les “vintage”, les plus rares, sont le top du Porto. Ils sont issus de raisins d’une année exceptionnelle. Il est conseillé de le laisser vieillir en bouteille avant de le déguster.

– Les “ruby”, des vins jeunes qui ne restent que 2 ou 3 ans en foudre.

– Les “tawny”, assemblage de portos de différentes années qui sont élevés plus ou moins longtemps en fût. L’indication d’âge représente la moyenne des vins qui le composent. Ils peuvent s’élever dans des tonneaux de 5 à 40 ans.

Les Blancs : Ceux qui préfèrent les vins plus secs seront ravis d’en goûter même s’il en existe également des doux. Très appréciés en apéritifs ou pour créer de nouveaux cocktails.

Un mélange de styles magique

Aller à Porto, ce n’est pas seulement une excuse pour goûter de bons vins mais aussi l’occasion de faire des visites réellement enrichissantes. Beaucoup de lieux valent le détour et méritent de s’y perdre durant quelques heures. Le Palais de la Bourse renferme, par exemple, l’une des plus belles salles de la ville : le Salon mauresque. Richement décoré, il dénote des autres pièces de par son inspiration orientale.

Dans un tout autre style, la Casa da Música fait aussi sensation. La bâtisse ultra moderne en forme d’heptagone déstructuré n’a pas toujours fait l’unanimité parmi les habitants. Mais, au fil du temps, les Portuans s’y sont faits et sont fiers de ce bâtiment à l’acoustique incomparable, où de nombreux musiciens viennent exercer leur art.

J.K. Rowling s’est d’ailleurs elle aussi laissé séduire par Porto puisqu’elle a vécu quelque temps dans cette partie du Portugal. Assise au Majestic Café, celle qui était alors professeure d’anglais, a écrit jour après jour les pages de la célèbre saga. Pour imaginer le décor de la librairie Fleury&Bott où les sorciers vont acheter leurs manuels scolaires avant la rentrée, elle s’est inspirée de la librairie Lello . Impossible de ne pas y voir de ressemblance lorsqu’on foule les pieds de ce lieu où les livres s’entassent sur des étagères en bois. Au centre de la pièce, un escalier accapare toute l’attention. A cause de son tapis rouge écarlate ou de ses rampes qui nous donnent l’impression d’être sur le chemin de traverse ? Mystère !

Plus d’infos : http ://visitportoandnorth.travel/

PORTO PAR 3

Quand partir  ?  Porto se visite toute l’année. Il y fait globalement toujours bon, même si la ville est très venteuse.

Que ramener  ? Plutôt qu’une bouteille de vin, optez pour une céramique “azulejos” bleue et blanche, emblème de la région.

Où avoir la meilleure vue  ? Pour faire de superbes photos plongeant sur la ville, rendez-vous au Miradouro da Vitória, facilement accessible à pied.