Voyages

Sus au méga-tourisme naval qui risquait d’emporter Venise ! C’en sera bientôt fini de laisser passer les paquebots de croisière par le canal de la Giudecca, le bassin de St-Marc et l’étroite lagune dans la Sérénissime. 

A force d’avoir agité le tocsin, les "accros" de Venise vont obtenir gain de cause. En juin dernier, un référendum d’initiative populaire avait montré l’écrasant soutien de la population - à 98,72 % ! - aux défenseurs de l’environnement et au comité "No Grandi Navi". 

L’Italie a adopté mardi un plan de développement de la lagune qui a tout d’un compromis, après 18 mois d’études et de polémiques. En 2019, les paquebots accosteront à Marghera, de l’autre côté de la lagune. 

Les gros navires de croisière aborderont celle-ci au sud comme les porte-conteneurs et les pétroliers. Les plus gros s’arrêteront dans la zone industrielle où un terminal passagers sera érigé. Après le naufrage du Costa Concordia, l’accès de paquebots avait déjà été limité. 

L’Association internationale des compagnies de croisière (Clia) a alors déploré une perte de 500 000 passagers. Dur, dur ? Moins quand même que de voir couler Venise !