Voyages

C'est un coin un peu improbable, aux confins de l'Autriche et de l'Italie. Une terre italienne depuis quelque cent années qui auparavant faisait partie de l'Autriche. On vous voit venir : culottes de cuir (lederhosen), chapeau de feutre, et yoddeling dans les verts alpages. Vous n'avez qu'une seule bonne réponse : les montagnes y sont vertes, parfois auréolées de blanc, majestueuses, magnifiques, terrains de randonnée privilégiés, et nichoir pour des hôtels et des maisons d'hôte où il fait bon respirer et oublier la vie agitée de là-bas, tout en bas.

Le Sud-Tyrol est un pays de tourisme pour les Autrichiens bien sûr qui adorent ce coin ensoleillé à deux pas de chez eux où l'on parle couramment leur langue. Les Italiens itou qui retrouvent la " dolce vita"  sur les petits sentiers de randonnée et où on les accueille en italien et avec l'aperitivo s'il vous plaît !

Bolzano et Merano sont les deux villes principales de la région : elles s'enorgueillissent d'avoir été fréquentées par deux VIP aussi dissemblables que possible : Ötzi, le premier homme des glaces à avoir été retrouvé (il y a 5000 ans) pour Bolsano, la capitale qui recense 500 000 habitants et l'impériale Sissi pour Merano, la ville d'eaux où la jeune et adorée Autrichienne malade venait se faire soigner et se promener.

Un beau musée interactif permet de partir à la rencontre de Eismann tandis qu'un magnifique parc botanique permet de se balader sur le parcours qu'avait l'habitude de faire l'impératrice, à la sortie de la petite ville, juste avant que la montagne ne vous prenne.

Le sud-Tyrol n'a pas d'aéroport. C'est ce qui lui permet d'offrir cette impression de bout du monde. Pour les Belges, cela veut dire aussi que c'est un peu court pour un mid-trip et qu'il vaut mieux se prendre une semaine pour découvrir la région : c'est à 1h30 d'Innsbrück en Autriche, 2h30 de Venise, 1h30 de Vérone ou encore 3h de Munich. De quoi combiner city-trip et halte reposante. Où tout simplement découvrir le sud Tyrol de bas en haut, car, franchement entre les haltes spas et wellness, la route des vins, les musées et les balades en montagne (pour les confirmés comme pour les « nuls »), il y a de quoi faire. Avec ce mélange prenant d'authenticité et de modernité qui vous cueille chaque jour un peu plus... Ici on vous parlera allemand, italien ou anglais avec autant d'aisance. De quoi être dépaysé en se faisant comprendre quand même !

En route ! On vous emmène. En toile de fond, là-bas les Dolomites grises, nues et dentelées ; plus près, les pentes herbeuses des Alpes, des pommiers à profusion, des vignes (jusqu'à 1300 m!) et quelque 200 lacs. L'odeur des vaches (et de leurs bouses), un climat doux et ensoleillé à fréquenter avec bonheur en automne ou au printemps (il y fait très chaud l'été).


Grandiose petite route des vins

© DR & SüdTyrol Tourism

Elle s'étend sur environ 20 km, entre Bolzano et Caldaro et son grand lac. Véritable décor de carte postale, avec des châteaux forts et des fermes fortifiées perchées en haut de collines. Les contreforts de la montagne sont tapissés de vignes. L'effet est très impressionnant : la cueillette ne se fait qu'à la main tant c'est pentu.

On s'est arrêté dans le magnifique domaine Manincor qui travaille en biodynamie depuis 2005. Michael Graf a repris les terres de ses ancêtres dont les armoiries montrent de quoi il retourne : Manincor, cela signifie la main sur le coeur. Il est le plus grand producteur en biodynamie travaillant ses propres vignes qui recouvrent 50 ha.

Entre magie (ou presque, la biodynamie), modernité (la cave dernier cri est glissée sous le vignoble fonctionne en géothermie ce qui permet d'économiser 30 % d'énergie), tradition (40 ha de pommiers pour fabriquer du jus essentiellement) et innovation (des cosmétiques sont produits à partir de « larmes de vigne », qui viennent de la sève montant après la taille), ce domaine est un enchantement qui se visite, entre histoire de raisin et Histoire de famille.

On vous recommande vivement le Cassiano et on y a découvert un vin venant d'un cépage qu'on ne connaissait (personnellement) pas : le lagrein, qui a bercé nos plats par la suite. Et qui est aussi à découvrir en assemblage avec du pinot noir.


Beaucoup d'étoilés et une gastronomie entre tradition et audace

© SüdTyrol Tourism

23 étoiles Michelin pour 19 restaurants et des plats « signatures » qui prennent le meilleur de l'Italie et de l'Autriche, du Sud et du Nord, des traditions culinaires très... différentes qui se mélangent ici avec surprise, grâce et délice. On y mangera avec appétit une spécialité régionale: le boeuf braisé au lagrein et sa polenta. Sans oublier le tiramisu revisité aux pommes pour certains ou à la chataîgne pour d'autres.


Merano, entre eaux et nostalgie

© SüdTyrol Tourism

Design et nostalgie font bon ménage au Sud Tyrol et Merano en est la ville la plus représentative. Des palais d'aristocrates entourent un petit centre un peu suranné où quelques marques italiennes modernes ont pignon sur rue. La ville est traversée par une rivière qui se fait torrent en automne. On a choisi délibérément de s'installer pour une nuit à l'hôtel Therme totalement rénové et qui propose un Sky Spa rénové avec une piscine extérieure chaude qui permet de regarder le coucher de soleil dans les montagnes en maillot de bain... un moment fabuleux que l'on fait suivre d'une pause spa, entre hammam et saunas, qui fait un bien fou. On peut rallier ensuite les thermes publics, plus anciens mais rénovés par la ville et qui conservent ce luxe d'antan, quand ceux-ci étaient fréquentés par Stephan Zweig, ou plus loin Sissi et François-Joseph !

Les chambres y sont confortables et le bar-salon de velours rouge est cosy en diable quand on s'installe près des feux ouverts...

Globalement, les prix des pensions, Gästzimmern et hôtels au Sud Tyrol sont plutôt décontractés. Vous trouverez une chambre à l'hôtel de luxe Therme pour 300 euros en automne et d'autres hôtels pour bien moins en cherchant à peine.



Et découvrir Gompm Alm...

© DR

La montagne est partout bien sûr et les randonnées attendent les marcheurs confirmés comme les promeneurs du dimanche. De nombreux téléphériques permettent de remonter chaque vallée pour en découvrir la beauté sans passer des heures à grimper si on ne le souhaite pas. Des clochers de villages minuscules, des vaches (et des odeurs de vaches), des sapins, un paysage majestueux vous attendent dans la vallée. Aucune sensation étouffante, ici : on respire à pleins poumons, le cliché de l'urbain en pleine régénération!

Bien sûr il y a beaucoup de vallées, celle de la Sopra nous a conquis. Faites de Gompm Alm votre but de balade, vous trouverez au bout du chemin cette auberge de bois avec une grande terrasse pour les beaux jours et des assiettes à partager pour découvrir les fromages et charcuteries du coin ainsi que les plats traditionnels comme les canederli, des boulettes de pain rassis que l'on accompagne de chou. On fait passer ça d'un jus de pomme allongé d'eau pétillante, une boisson presque nationale, de bière ou de vin, le choix est très vaste.


Région de spas d'exception

© DR, Vigilius, SüdTyrolTourism
Piscine intérieure de l'hôtel Vigilius - Thermes publics de Merano - Piscine extérieure de l'hôtel Therme à Merano - Jacuzzi en pierre naturelle extérieur au Vigilius Hotel

Imaginez, vous êtes en haut d'une montagne, autour des sapins, les crêtes qui se dessinent dans le soleil couchant, pas un bruit, à peine celui d'une marmotte qui s'affaire dans un coin ou le bruissement d'une aile de petite chauve-souris. Vous êtes en maillot de bain. Non, vous n'êtes pas à l'ouest... vous êtes assis dans un jacuzzi extérieur dont la chaleur vous transporte et les bulles vous délasse. C'est un moment d'exception que l'on peut s'offrir facilement au Sud Tyrol, les hôtels avec spas y sont très nombreux et débordent d'inventivité. L'approche design et nature étant privilégiée à chaque fois.

Mention plus que particulière pour l'hôtel Vigilius, un hôtel d'exception dans la région de Monte San Vigilio/Vigiljoch, non loin de Mérano. On y arrive exclusivement par téléphérique. L'établissement, de bois et de pierre, propose un spa hautement ressourçant, une cuisine gastronomique entre finesse et tradition (dans un restaurant installé dans un large grenier à poutres apparentes), une immense terrasse où prendre les premiers rayons du soleil et la montagne alentour pour y marquer de son pas les premières neiges et y faire des randonnées jusque 2600 m). Une adresse parfaite pour un moment que l'on veut à soi ou à deux et pour se réfugier quand l'agitation, là-bas en bas est vraiment trop forte. 


>> Plein d'infos sur le Sud Tyrol sur le site (en français) de l'office de tourisme, ici